Les clients de l'hôtel de luxe remuent la queue

jeudi 24 février 2011 19h30
 

par Helen Massy-Beresford

VINCENNES (Reuters) - Des piscines chauffées, des salons de massage et des menus à la carte sont banals dans les hôtels de luxe à travers le monde.

Mais dans la banlieue aisée de Vincennes, près de Paris, les clients ont quatre pattes et remuent la queue avec enthousiasme.

"Actuel Dogs", qui se présente comme le premier hôtel de luxe pour chiens en France - quatre coussinets sur son site internet -, et ses fondateurs Devi et Stan Burun offrent des cours d'éducation canine, des garderies pour des séjours courts ou longs et des promenades dans le bois tout proche.

Ulysse, un labrador portant un seyant collier rouge, s'adonne ainsi à un jogging avant de s'abandonner à une sieste bien méritée dans sa suite de luxe carrelée qui sent le frais ou de regarder des programmes de chiens à la télévision.

Les propriétaires payent entre 26 et 35 euros par jour pour un séjour au cours duquel les chiens sont libres de leurs mouvements et non encagés, comme dans d'autres garderies.

"Les gens pensent que nous servons leur nourriture dans des bols en argent", ironise Devi Burun, qui s'inscrit en faux contre cette croyance en un "luxe extravagant".

"Ce n'est pas comme aux Etats-Unis ou au Japon, où l'on manucure les chiens, ou l'on teint leurs poils en rose. Ça, c'est de la folie", ajoute-t-elle.

L'objectif est de répondre aux besoins des chiens de propriétaires qui "vivent dans de petits appartements à Paris, qui travaillent, qui n'ont pas le temps de promener leur chien".   Suite...

 
<p>A Vincennes, dans une chambre d'"Actuel Dogs", qui se pr&eacute;sente comme le premier h&ocirc;tel de luxe pour chiens en France. Cet &eacute;tablissement de la banlieue parisienne est dot&eacute; de piscines chauff&eacute;es, de salons de massage et ses fondateurs Devi et Stan Burun proposent des menus &agrave; la carte, des cours d'&eacute;ducation canine, des garderies pour des s&eacute;jours courts ou longs et des promenades dans le bois tout proche. /Photo prise le 24 f&eacute;vrier 2011/REUTERS/Jacky Naegelen</p>