Paul le poulpe, devin du Mondial 2010, rend son dernier soupir

mardi 26 octobre 2010 14h16
 

BERLIN (Reuters) - Paul le poulpe, devenu en Allemagne la star de la Coupe du monde 2010 de football pour la qualité de ses prédictions des matches de l'équipe nationale, est décédé à Oberhausen.

Il avait deux ans.

Natif d'Angleterre, le céphalopode le plus célèbre des fans de ballon rond avait prédit les résultats de sept rencontres de la Mannschaft, de même que celui de la finale Espagne-Pays-Bas.

Après la défaite en demi-finales des Allemands en Afrique du Sud, Paul avait prédit que l'Espagne battrait les Néerlandais en finale.

Dans un communiqué, le personnel de l'aquarium d'Oberhausen s'est déclaré "effondré" par la nouvelle de la disparition de son plus illustre pensionnaire.

"Il semblerait qu'il s'est éteint paisiblement pendant la nuit, de mort naturelle", lit-on dans ce texte publié mardi. "Nous sommes consolés de savoir qu'il a eu une vie heureuse", a ajouté le directeur du Centre de vie marine de cette ville d'Allemagne de l'Ouest, Stefan Porwoll.

A la suite du Mondial sud-africain, Paul avait été très convoité à l'étranger et avait fait l'objet de plusieurs offres de transfert alléchantes. Ses employeurs allemands avaient notamment refusé son départ pour Madrid.

Le défunt poulpe sera conservé dans une chambre froide jusqu'à ce que la direction de l'aquarium choisisse de lui donner une sépulture permanente à la hauteur de sa réputation.

"Il se pourrait qu'on inhume Paul dans un petit carré de terre situé dans l'enceinte du centre, agrémenté d'un modeste monument permanent", a expliqué Stefan Porwoll.

Michelle Martin; Jean-Loup Fiévet pour le service français

 
<p>Paul le poulpe, devenu en Allemagne la star de la Coupe du monde 2010 de football pour la qualit&eacute; de ses pr&eacute;dictions des matches de l'&eacute;quipe nationale, est d&eacute;c&eacute;d&eacute; &agrave; Oberhausen. Le c&eacute;phalopode le plus c&eacute;l&egrave;bre des fans de ballon rond avait pr&eacute;dit les r&eacute;sultats de sept rencontres de la Mannschaft, de m&ecirc;me que celui de la finale Espagne-Pays-Bas (photo). /Photo prise le 9 juillet 2010/REUTERS/Wolfgang Rattay</p>