Un manga provoque une déferlante nipponne sur les vins bordelais

samedi 25 septembre 2010 10h51
 

par Claude Canellas

SAINT-CIBARD, Gironde (Reuters) - Jean-Pierre Amoreau doit au manga "Les gouttes de Dieu" d'être le vigneron français le plus connu au Japon, signe d'un engouement asiatique plus général pour les vins du Bordelais.

Le propriétaire du château Le Puy, situé en appellation côtes de Francs à Saint-Cibard, en Gironde, n'en croyait pas ses oreilles quand, en mars 2009, il fut assailli de coups de téléphone en provenance d'acheteurs japonais qui voulaient à toute force acquérir son millésime 2003.

C'est son agent au Japon qui l'informa que la cause se trouvait dans une série télévisée diffusée dans ce pays.

L'auteur raconte l'histoire d'un célèbre oenologue dont le testament dit que sa cave reviendra à celui de ses deux fils qui résoudra 12 énigmes concernant 12 vins.

L'héritier devra ensuite découvrir un 13e vin, le vin ultime, inconnu, surnommé "les gouttes de Dieu".

"Lors du dernier épisode qui devait révéler le nom de ce château, des millions de Japonais étaient devant leur écran et allaient découvrir qu'il s'agissait du château Le Puy, que l'auteur Tadashi Agi considérait parmi les milliers de vin qu'il avait goûtés de par le monde celui lui procurant le plus de bonheur", dit Jean-Pierre Amoreau.

De la série a été tiré un manga écrit par Tadashi Agi et dessiné par Shu Okimoto, qui a conforté le succès du breuvage.

"Aujourd'hui, nous sommes les vignerons les plus connus au Japon", dit-il.   Suite...

 
<p>Jean-Pierre Amoreau, propri&eacute;taire du ch&acirc;teau Le Puy, doit au manga "Les gouttes de Dieu" d'&ecirc;tre le vigneron fran&ccedil;ais le plus connu au Japon, signe d'un engouement asiatique plus g&eacute;n&eacute;ral pour les vins du Bordelais./Photo prise le 23 septembre 2010/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>