Licencié pour deux centimes, il obtient d'être réintégré

jeudi 2 septembre 2010 21h35
 

BERLIN (Reuters) - Un tribunal des prudhommes allemand a donné raison à un employé qui jugeait abusif son licenciement motivé par une note d'électricité inférieure à deux centimes d'euros.

L'employé Oliver Beel, administrateur de réseau, avait perdu son travail après avoir rechargé son Segway, un véhicule électrique à deux roues, sur son lieu de travail en mai 2009. Son patron, s'apercevant de ce rechargement en cours depuis une heure trente, lui a demandé de débrancher l'appareil.

Douze jours plus tard, Beel était licencié.

Le tribunal a jugé disproportionné le licenciement du jeune homme de 19 ans et a rejeté l'appel interjeté par l'entreprise contre sa réintégration à son poste.

Michelle Martin, Eric Faye pour le service français