Des chercheurs écossais créent un biocarburant dérivé du whisky

vendredi 20 août 2010 17h14
 

LONDRES (Reuters) - Le whisky, nouveau meilleur ami des automobilistes ? Des scientifiques écossais ont mis au point un biocarburant fabriqué à partir de dérivés de leur alcool national.

Ils affirment alimenter ainsi les véhicules ordinaires plus efficacement qu'avec de l'éthanol.

Les chercheurs de l'université Napier d'Edimbourg ont passé deux ans à créer ce biocarburant butanol susceptible de remplir les réservoirs de nos voitures, soit mélangé à de l'essence ou du diesel, soit comme carburant unique.

Ce produit est obtenu à partir de résidus de la distillation du whisky, suivant un procédé ancien utilisé pour fabriquer du butanol et de l'acétone à partir de sucre fermenté.

Ses concepteurs y voient une réponse aux critiques qui visent l'éthanol, un biocarburant fabriqué à base de maïs et très gourmand en énergie.

"Alors que certaines entreprises du secteur de l'énergie cultivent des céréales dans le seul but d'obtenir du biocarburant, nous étudions des matériaux excédentaires comme les dérivés du whisky", explique Martin Tangey, directeur du Centre de recherche sur les biocarburants de l'université.

"C'est une option davantage tournée vers le développement durable et qui pourrait s'avérer une nouvelle source de revenus pour l'une des principales industries de l'Ecosse."

Les exportations mondiales de whisky écossais ont atteint le chiffre record de 4,85 milliards de dollars l'an dernier (3,8 milliards d'euros). Sur les dix dernières années, les ventes de scotch à l'export ont bondi d'environ 45%.

Carla Tonelli, Jean Décotte pour le service français

 
<p>Martin Tangey, directeur du Centre de recherche sur les biocarburants de l'universit&eacute; Napier d'Edimbourg. Son &eacute;quipe de scientifiques &eacute;cossais a mis au point un biocarburant fabriqu&eacute; &agrave; partir de d&eacute;riv&eacute;s du whisky. Ses concepteurs y voient une r&eacute;ponse aux critiques qui visent l'&eacute;thanol, un biocarburant fabriqu&eacute; &agrave; base de ma&iuml;s et tr&egrave;s gourmand en &eacute;nergie. /Photo prise le 17 ao&ucirc;t 2010/REUTERS/David Moir</p>