La malédiction d'"Henry VIII" de Shakespeare levée après 400 ans

mercredi 30 juin 2010 19h39
 

LONDRES (Reuters) - Le théâtre du Globe de William Shakespeare a enterré un tabou de quatre siècles en montant la pièce qui avait entraîné la destruction par le feu de l'édifice d'origine au temps du dramaturge.

Le théâtre londonien du sud de la Tamise, qui brûla jusqu'à ses fondations en 1613 alors qu'y était représentée une pièce consacrée à Henri VIII d'Angleterre, a mis en scène la première version de l'œuvre, intitulée "Henri VIII" après l'incendie.

Le premier Globe existait depuis quatorze ans lorsqu'un tir de canon de théâtre utilisé pendant la représentation de la pièce - connue à l'époque comme un fastueux spectacle visuel avec masques et cérémonie royale - mit le feu à son toit de chaume et détruisit l'ensemble du bâtiment.

Le Globe moderne, qui a ouvert en 1997 et en est donc aussi à sa 14e saison, est doté d'un revêtement de chaume avec "retardant" contre le feu et système d'extinction automatique. Histoire de lui épargner le sort de son ancêtre.

"Il est plutôt rare de monter une pièce qui a jadis entièrement brûlé un théâtre - il est même rare de la rejouer, pour la première fois, dans le théâtre qui l'a remplacé", note le metteur en scène Mark Rosenblatt sur le site internet du Globe.

Dans la production actuelle, une explosion intervient encore au moment où l'ancien Globe avait pris feu, à la scène 4 du premier acte, pour annoncer l'entrée du roi.

Paul Casciato, Philippe Bas-Rabérin pour le service français, édité par Gilles Trequesser

 
<p>Le nouveau Globe lors de sa reconstruction en 1997. Le th&eacute;&acirc;tre londonien a bris&eacute; un tabou en faisant rejouer la pi&egrave;ce "Henry VIII" de William Shakespeare, lors de laquelle un incendie s'&eacute;tait d&eacute;clar&eacute; en 1613, d&eacute;truisant enti&egrave;rement le b&acirc;timent original. /Photo d'archives/REUTERS/Russell Boyce</p>