Six hommes entament un voyage immobile de 520 jours vers Mars

jeudi 3 juin 2010 19h34
 

MOSCOU (Reuters) - "A dans 520 jours!", s'est exclamé jeudi Soukhrob Kamolov avant de pénétrer dans le module où il participera jusqu'en novembre 2011, avec cinq compagnons, à la simulation d'un voyage vers Mars.

Un Chinois, un Français, un Italo-colombien et trois Russes, âgés de 27 à 38 ans, participent à cette expérience dans les locaux de l'Institut biomédical de Moscou.

L'équipage, sous la direction du commandant Alexeï Sitev, partagera son temps entre expériences scientifiques et activité physique, tout comme les astronautes qui effectuent un séjour à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Confinés dans des cabines de six mètres carrés, les participants effectueront notamment des dizaines de tests psychologiques afin d'évaluer les conséquences de l'isolement sur l'être humain.

Ces voyageurs volontaires resteront soumis à la gravité et ne seront pas exposés aux rayonnements mais le reste de leurs conditions de "voyage" seront comparables à celles régnant lors d'une véritable mission vers Mars.

Ils devront se passer d'alcool, respirer de l'air recyclé et ne pourront contacter la Terre que par courrier électronique, moyennant un délai de 40 minutes.

L'expérience comportera également un simulacre d'un séjour de trente jours sur la planète rouge.

"Quand j'étais petit, je me demandais si je pourrais aller sur Mars et je suis fier de contribuer à ce que cela arrive un jour", a déclaré le Français Romain Charles, qui a apporté sa guitare pour passer le temps.

Selon l'Agence spatiale européenne (ESA), il va cependant encore falloir patienter au moins trente ans avant que des hommes ne puissent atteindre Mars.

Amie Ferris-Rotman, Myriam Rivet pour le service français

 
<p>Les six participants au programme Mars 500, dont le Fran&ccedil;ais Romain Charles (en haut &agrave; droite), qui vont vivre 520 jours d'isolement dans un module install&eacute; &agrave; Moscou, afin de simuler un voyage aller-retour sur la plan&egrave;te Mars. /Photo prise le 3 juin 2010/REUTERS/Sergei Karpukhin</p>