La "Queen Mum" était près de ses sous

lundi 17 mai 2010 20h14
 

LONDRES (Reuters) - Le reine mère Elizabeth d'Angleterre, veuve de George VI et décédée en 2002 à l'âge de 101 ans, a vécu toute sa vie dans les fastes royaux mais pour elle un sou était un sou, a confié l'un de ses anciens collaborateurs.

A sa mort, la dernière impératrice des Indes a laissé derrière elle une écurie de chevaux de course, sa grande passion, des bijoux d'une valeur inestimable et une imposante garde-robe - ainsi que des dettes de plusieurs millions de livres.

L'ancien intendant Ashe Windham a pourtant raconté à plusieurs journaux combien la vie pouvait être frugale aux côtés de la reine mère.

Ainsi, quand elle se rendait chaque été à son château de Mey, à Caithness, sur la côte nord de l'Ecosse, elle louait un poste de télévision et un vieux magnétoscope, plutôt que d'acheter des appareils neufs. "Le plus dur, c'était de faire marcher le magnétoscope", se rappelle Windham.

Et si elle possédait des robes des plus grands couturiers, la "Queen Mum" a toujours refusé de jeter les six imperméables Burberry qu'elle possédait et les portait année après année.

Le même sens de l'économie régnait au château de Mey, la seule résidence dont elle était propriétaire en propre et qu'elle avait achetée et sauvée de la ruine après la mort de George VI en 1952.

"La décoration avait été faite entre 1952 et 1955 et je crois que rien n'a vraiment changé après. Un jour, j'ai signalé que les rideaux d'une des chambres du haut tombaient en charpie et la reine mère m'a simplement répondu: 'oh, ils feront bien encore quelques années...'".

"Elle avait 14 ans quand la Première Guerre mondiale a éclaté, alors elle savait ce que c'était que de se serrer la ceinture. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle avait fait peindre des lignes de niveau dans les baignoires du palais de Buckingham afin qu'on ne les remplisse pas trop, pour économiser l'eau chaude", ajoute l'ancien intendant.

Seule exception à ce sens très aigu de l'économie, reconnaît-il, les chevaux et les courses.

Paul Casciato, Guy Kerivel pour le service français

 
<p>Selon l'un de ses anciens collaborateurs, la "Queen Mum", ici en 1995 le jour de son 95e anniversaire, pouvait se montrer &agrave; l'occasion tr&egrave;s pr&egrave;s de ses sous. La m&egrave;re de l'actuelle reine d'Angleterre est d&eacute;c&eacute;d&eacute;e en 2002, &agrave; l'&acirc;ge de 101 ans. /Photo d'archives/REUTERS/Dylan Martinez</p>