Cybervoyou cherche petites mains pour arnaque à grande échelle

mercredi 3 février 2010 18h04
 

WASHINGTON (Reuters) - Des gangs informatiques habitués à voler les données personnelles des internautes grâce à des logiciels pirates ou à piller des distributeurs de billets vont jusqu'à recruter des collaborateurs par le biais d'annonces en ligne.

A l'occasion d'une conférence sur la sécurité sur internet près de Washington, Kevin Stevens, analyste spécialisé chez SecureWorks, a présenté lundi les résultats d'une enquête qu'il a conduite sur le secteur. Il a présenté les cas de deux entreprises qui recrutent au grand jour sur internet.

Les pirates cherchent des personnes qui accepteraient d'associer les lignes de code informatique qu'ils conçoivent à certains types de contenus susceptibles de faire cliquer les internautes, comme des photos de célébrités, pour pouvoir collecter les données recherchées.

Ils promettent des sommes d'argent en fonction du nombre de fois où le logiciel malicieux est implanté sur un ordinateur.

Sur un site internet, il est promis 180 dollars en échange de mille téléchargements du logiciel sur un ordinateur aux Etats-Unis. L'implantation sur des machines dans d'autres pays est moins rémunérée.

Il est précisé qu'aucune contribution ne sera versée pour le téléchargement de logiciels sur des ordinateurs russes, incitant Kevin Stevens et certains de ses confrères à suspecter fortement que ces sites soient domiciliés en Russie.

"Nous payons votre salaire via les plates-formes suivantes: Fethard, WebMoney, Wire, e-gold, Western Union (WU), MoneyGram, Anelik et ePassporte, et PayPal", dit le site pris en exemple.

L'analyste de SecureWorks a ajouté que, même s'il était impossible de savoir combien d'ordinateurs étaient infectés, il fallait néanmoins sans doute les compter en millions.

Diane Bartz, version française Patrice Mancino

 
<p>Des gangs informatiques habitu&eacute;s &agrave; voler les donn&eacute;es personnelles des internautes gr&acirc;ce &agrave; des logiciels pirates ou &agrave; piller des distributeurs de billets vont jusqu'&agrave; recruter des collaborateurs par le biais d'annonces en ligne. /Photo d'archives/REUTERS/Catherine Benson</p>