Les prostituées d'Amsterdam hostiles à la réforme de la mairie

mardi 19 janvier 2010 12h59
 

AMSTERDAM (Reuters) - Le syndicat des prostituées d'Amsterdam a accueilli froidement les propositions du maire-adjoint de la ville, qui souhaite l'arrêt de leurs activités entre quatre et huit heures du matin.

"Seuls les types les plus répugnants et les ivrognes traînent encore à ces heures. Les filles ont vraiment peur de travailler à ce moment-là et quelquefois les plus vulnérables sont exploitées", a déclaré à la radio Lodewijk Asscher.

"Ce n'est pas une bonne idée, car c'est à cette heure-là que les prostituées font l'essentiel de leur revenus", lui a répondu Metje Blaak, porte-parole du syndicat Rode Draad.

La représentante des péripatéticiennes est également hostile au projet du maire-adjoint de relever de 18 à 23 ans l'âge minimum légal pour se prostituer.

Elle a estimé qu'une telle mesure ne ferait qu'inciter davantage de jeunes femmes à pratiquer la prostitution clandestine.

La prostitution est légale aux Pays-Bas depuis l'an 2000, mais les autorités ont durci la législation dans ce domaine ces dernières années pour lutter contre le crime organisé et déplacer la prostitution du centre des villes vers la périphérie.

La ville d'Amsterdam a ainsi annoncé en 2008 son intention de supprimer la moitié des bordels du quartier chaud de la ville.

Catherine Hornby, version française Pascal Liétout