La "Renaissance africaine" jugée trop court vêtue au Sénégal

lundi 4 janvier 2010 21h48
 

par Diadie Ba

DAKAR (Reuters) - Une figure féminine du monument de la "Renaissance africaine" voulu par le président sénégalais Abdoulaye Wade suscite la controverse en raison de la longueur jugée insuffisante de son pagne qui laisse apercevoir une jambe nue.

Erigée sur une colline de la capitale sénégalaise, la statue, haute de 110 mètres, représentant un homme, une femme et un enfant est plus grande que la statue de la Liberté de New York et elle doit être inaugurée en avril.

Mais le projet a fait l'objet de diverses polémiques. Certains imams de ce pays majoritairement musulman ont estimé que le monument était contraire à l'islam parce qu'il présente une forme humaine comme objet d'adoration.

L'architecte Pierre Goudiaby Atepa, conseiller du président Wade, a déclaré à Reuters que le problème résidait dans "les jambes dénudées de la femme".

Il a ajouté que le président Wade avait "d'entrée de jeu attiré l'attention sur ces jambes dénudées" et avait demandé si l'on pouvait y remédier. "Je lui ai fait la proposition technico-financière pour le faire. C'est à lui de prendre la décision maintenant", a poursuivi l'architecte.

RAPPORT HOMME-FEMME

Un collaborateur de la présidence a déclaré qu'aucune décision n'avait encore été prise quant à d'éventuelles retouches sur la statue qui a coûté 21 millions d'euros.

Agé de 83 ans, Wade a participé personnellement à la conception de la statue dont le style fait davantage penser au réalisme socialiste de style soviétique qu'à l'art africain traditionnel.   Suite...