4 janvier 2010 / 16:50 / il y a 8 ans

La tour de Dubaï, loin au-dessus des soucis financiers

<p>Burj Khalifa, la plus haute tour du monde, inaugur&eacute;e en grande pompe lundi &agrave; Duba&iuml;, mesure 828 m&egrave;tres de hauteur, soit un peu moins de trois fois la tour Eiffel. /Photo prise le 4 janvier 2009/Ahmed Jadallah</p>

par Thomas Atkins

DUBAI (Reuters) - La plus haute tour du monde, qui culmine à 828 mètres, a été inaugurée lundi à Dubaï lors d'une cérémonie qui a relégué la dette colossale de l'émirat au second plan.

Jalousement tenue secrète, sa hauteur exacte a été révélée pour l'occasion. L'édifice, qui représente un investissement d'un milliard et demi de dollars, toise de plus de 300 mètres la tour Taipei 101 de Taiwan, qui détenait jusqu'ici le record mondial, et fait près de trois fois la taille de la tour Eiffel.

Si certains y voient le symbole de la réussite de cet eldorado du Golfe, d'autres considèrent la tour, d'abord baptisée "Burj Dubai", puis renommée lundi "Burj Khalifa" du nom de l'émir, comme le dernier signe d'une extravagance outrancière.

L'émirat accuse une dette de 100 milliards de dollars qui fait frémir les marchés, mais la compagnie Emaar Properties,

commanditaire de la tour et premier promoteur du monde arabe, assure que son inauguration amorce une nouvelle ère.

"Vous vous demandez pourquoi on construit tout ça? Pour améliorer la qualité de vie et mettre un sourire sur les visages, et je crois que nous devons continuer à le faire", a expliqué son président, Mohamed Alabbar.

Pour David Butter, directeur régional d'Economist Intelligence Unit, Dubaï redoute toutefois "qu'on se souvienne de l'événement comme d'un deuxième accès d'orgueil".

Le premier remonte à novembre 2008. En pleine tourmente financière, deux mois après la faillite de la banque Lehman Brothers, l'émirat engloutissait 24 millions de dollars dans la cérémonie inaugurale de l'hôtel Atlantis.

<p>Burj Khalifa, la plus haute tour du monde, qui culmine &agrave; 828 m&egrave;tres, a &eacute;t&eacute; inaugur&eacute;e lundi &agrave; Duba&iuml; lors d'une c&eacute;r&eacute;monie qui a rel&eacute;gu&eacute; la dette colossale de l'&eacute;mirat au second plan. /Photo prise le 4 janvier 2010/Ahmed Jadallah</p>

"Les crises vont et viennent. Nous construisons pour l'avenir", a poursuivi le patron d'Emaar, sans toutefois convaincre les investisseurs. Le titre de la compagnie a accusé lundi un recul de 3,4% en bourse.

POINT CULMINANT

Pour Saoud Massoud, responsable de la recherche chez UBS, Dubaï a atteint avec cette tour "le point culminant" de son ascension.

"C'est probablement la fin des mégaprojets pour quelques années, dans la mesure où l'émirat s'efforce de rationaliser ses ressources et de reconstruire l'économie d'une façon ou d'une autre", prédit l'analyste.

Les investisseurs sont dans l'incertitude depuis l'annonce, le 25 novembre, de la demande de moratoire de Dubai World sur sa dette.

La crainte de voir les problèmes d'endettement dépasser Dubai World, conglomérat qui a piloté l'expansion de l'émirat, a ébranlé la confiance des investisseurs. La firme a depuis entrepris de restructurer ses nombreuses activités, qui vont de l'immobilier de luxe à la maintenance portuaire.

Ni la densité urbaine ni la rareté des terrains ne justifient l'existence de son fleuron, qui fait davantage figure de symbole.

Du 124e étage de la tour, dont l'architecture s'inspire de la fleur du désert et des traditions islamiques, on peut voir à 80 kilomètres à la ronde.

Les derniers étages du bâtiment, qui en compte 164, ont été affectés à des bureaux et un hôtel de luxe Armani occupera les premiers.

Version française Jean-Philippe Lefief

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below