Les mauvais conducteurs rattrapés par leurs gènes

jeudi 29 octobre 2009 13h22
 

WASHINGTON (Reuters) - Inutile de maudire le conducteur de la voiture de devant: s'il conduit mal, ce n'est pas de sa faute, disent en substance des chercheurs américains.

Selon des chercheurs de l'Université de Californie à Irvine, les individus porteurs de la forme mutée d'un gène particulier sont vingt fois moins performants lors d'un test de conduite que ceux dont la séquence ADN était différente. Près de 30% des Américains sont porteurs de ce gène muté, disent-ils.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont étudié le comportement de 29 personnes, dont sept possédaient ce variant génétique, et leur ont demandé à deux reprises de conduire quinze tours sur un simulateur.

Leur constat est sans appel: les individus porteurs de la forme mutée du gène s'en sont moins bien sortis et ce tout au long du test.

Le gène en question code pour une protéine appelée facteur neurotrophique dérivé du cerveau, qui agit sur la mémoire.

"Je me demande si le taux d'accident est plus élevé chez les conducteurs porteurs de ce gène muté", a déclaré Steven Cramer, qui a dirigé l'étude publiée dans la revue Cerebral Cortex.

Maggie Fox, version française Mathilde Gardin

 
<p>Inutile de maudire le conducteur de la voiture de devant: s'il conduit mal, ce n'est pas de sa faute mais celle de ses g&egrave;nes, selon les travaux de chercheurs am&eacute;ricains. /Photo d'archives/REUTERS/Fabrizio Bensch</p>