La mère du "garçon au ballon" admet avoir tout inventé

samedi 24 octobre 2009 09h29
 

DENVER (Reuters) - La mère d'un garçon de six ans que l'on croyait s'être envolé à bord d'un ballon gonflé à l'hélium dans le Colorado a reconnu devant les enquêteurs avoir inventé cette histoire pour attirer l'attention des médias, montrent des documents de justice rendus publics.

La semaine dernière, les télévisions américaines avaient suivi en direct pendant plus de deux heures le vol du ballon argenté, qui dérivait dans le ciel du Colorado.

Escorté par des hélicoptères de la Garde nationale, le ballon s'était finalement posé dans un champ de blé près de Denver, sans aucun enfant à bord.

Les sauveteurs avaient alors ratissé la campagne à la recherche du jeune Falcon Heene, craignant qu'il ne soit tombé, jusqu'à ce que les parents annoncent qu'ils l'avaient retrouvé caché dans le grenier du garage familial.

Selon la déclaration sous serment de la mère, publiée sur le site internet d'un journal local, les parents savaient pertinemment que leur enfant n'était pas à bord de l'engin.

Mayumi Heene a avoué avoir fabriqué toute cette histoire avec son mari afin de susciter l'intérêt des médias.

Selon le document, ils ont élaboré leur canular trois semaines à l'avance en demandant à leurs trois enfants de mentir aux médias et aux autorités.

Le shérif du comté de Larimer avait déjà déclaré la semaine dernière qu'il s'agissait d'un canular et prévenu que des poursuites seraient engagées contre les parents pour conspiration, contribution à la délinquance d'un mineur, fausse déposition aux autorités et tentative d'influencer un fonctionnaire.

Keith Coffman, version française Clément Dossin

 
<p>Selon des documents de justice rendus publics, la m&egrave;re de Falcon Heene, un gar&ccedil;on de six ans que l'on croyait s'&ecirc;tre envol&eacute; &agrave; bord d'un ballon gonfl&eacute; &agrave; l'h&eacute;lium dans le Colorado, a reconnu devant les enqu&ecirc;teurs avoir invent&eacute; cette histoire pour attirer l'attention des m&eacute;dias. /Photo prise le 15 octobre 2009/REUTERS/Rick Wilking</p>