Pour se mettre en ménage, un homme doit savoir manier le balai

mercredi 5 août 2009 13h40
 

SYDNEY (Reuters) - Les Suédois et les Norvégiens, qui ne rechignent pas aux tâches ménagères, font les plus séduisants des maris, alors que les Australiens, réputés pour leur goût prononcé pour le sport et la bière, stimulent beaucoup moins les velléités conjugales.

Dans ces deux pays scandinaves, où la norme égalitaire prévaut en ce qui concerne les tâches domestiques, les femmes sont beaucoup plus susceptibles que la moyenne d'épouser un homme ou de vivre avec lui, d'après les travaux d'un économiste de l'université d'Oxford, Almudena Sevilla-Sanz.

En Grande-Bretagne (3e du classement) et aux Etats-Unis (4e), les hommes semblent suffisamment prêts à participer aux corvées ménagères pour que leurs compatriotes soient assez tentées de les épouser, un sentiment qui semble nettement moins répandu en Australie (12e et dernier du classement).

Mais d'après cette analyse, si les femmes apparaissent plus enclines à ouvrir leur coeur à un homme prêt à faire la vaisselle et sortir les poubelles, les hommes ne sont pas particulièrement attirés par les femmes demandant qu'ils mettent à main à la pâte.

Cette étude, qui a porté sur plus de 13.500 habitants de douze pays de l'OCDE âgés de 20 à 45 ans, va être publiée dans la revue spécialisée Journal of Population Economics.

Belinda Goldsmith, version française Myriam Rivet

 
<p>Les Su&eacute;dois et les Norv&eacute;giens, qui ne rechignent pas aux t&acirc;ches m&eacute;nag&egrave;res, font les plus s&eacute;duisants des maris, alors que les Australiens, r&eacute;put&eacute;s pour leur go&ucirc;t prononc&eacute; pour le sport et la bi&egrave;re, stimulent beaucoup moins les vell&eacute;it&eacute;s conjugales. /Photo d'archives/REUTERS/Ilya Naymushin</p>