Pas d'échappées au Tour de France pénitentiaire

lundi 25 mai 2009 17h15
 

NANTES (Reuters) - Près de 200 détenus participeront à partir du 4 juin au premier Tour de France cycliste pénitentiaire, un périple de 2.300 kilomètres en peloton unique - et sans échappées possibles - à travers tout le pays.

Les 196 coureurs, qui ont bénéficié d'aménagements de peine, partiront de Lille aux côtés de 124 personnels pénitentiaires, notamment des surveillants et des éducateurs sportifs.

Ils relieront 17 villes-étapes connues pour leurs maisons d'arrêt et centres de détention (Bois d'Arcy, Muret ou encore Argentan) et dormiront à l'hôtel.

La course se terminera le 19 juin au stade Charléty, dans le 13e arrondissement de Paris, sans vainqueur ni classement.

"Ce projet vise à favoriser la réinsertion sociale, par l'intégration de notions comme l'effort, le partage et l'estime de soi", dit Sylvie Marion, responsable du département insertion et probation à la Direction interrégionale des services pénitentiaires en Bretagne, Pays de la Loire et Basse-Normandie, lors de la présentation de l'événement, lundi à Nantes.

"On veut démontrer qu'avec de l'entraînement, on peut arriver à tout et s'en sortir", a-t-elle ajouté.

Pour Daniel, 48 ans, incarcéré au centre de détention de Nantes depuis quatre ans, "c'est une forme d'évasion pour nous, qui nous permet de sortir du quotidien de la prison".

"Si l'on se conduit bien, cela peut aussi nous permettre d'obtenir plus vite une libération conditionnelle."

Guillaume Frouin, édité par Jean-Baptiste Vey

 
<p>Pr&egrave;s de 200 d&eacute;tenus participeront &agrave; partir du 4 juin au premier Tour de France cycliste p&eacute;nitentiaire, un p&eacute;riple de 2.300 kilom&egrave;tres en peloton unique - et sans &eacute;chapp&eacute;es possibles - &agrave; travers tout le pays. /Photo d'archives/REUTERS/Baz Ratner</p>