La Floride tente de repousser les crocodiles avec des aimants

mercredi 25 février 2009 22h19
 

par Jane Sutton

MIAMI (Reuters) - Les responsables de réserves naturelles de Floride ont lancé une expérience sur les crocodiles destinée à empêcher leur retour dans les zones résidentielles en leur posant temporairement des aimants au niveau de la tête.

Des chercheurs mexicains du musée mexicain du Crocodile au Chiapas avaient déclaré dans une revue de biologie qu'ils avaient plus ou moins réussi à déplacer une vingtaine de reptiles depuis 2004 grâce à cette méthode.

La commission de préservation des ressources aquatiques et de la vie sauvage de Floride, la Florida Fish and Wildlife Conservation Commission, a décidé de tenter l'expérience, a expliqué mardi son coordinateur Lindsey Hord.

Les crocodiles sont très liés à la notion de territorialité et quand l'homme intervient pour les déloger des zones urbains vers de nouveaux habitats sauvages, ils reviennent souvent à l'endroit d'où ils ont été capturés, n'hésitant pas à parcourir plus de 16km par semaine pour ce faire.

Les scientifiques estiment qu'ils se repèrent grâce aux champs magnétiques terrestres, et que l'apposition d'aimants de chaque côté de leur tête tend à les désorienter.

"C'est temporaire", explique Hord. "Nous leur posons des aimants quand on les capture et comme ils ne savent où nous les emmenons, ils sont perdus, en espérant qu'ils restent là où on les place."

ESPECE EN VOIE DE DISPARITION

L'équipe de Hord a fait un test sur deux crocodiles depuis le début de l'expérience en janvier, en leur posant de "vieux aimants classiques de laboratoire". L'un s'est fait écraser par une voiture et l'autre n'est toujours pas revenu au lieu initial, a-t-elle ajouté.   Suite...

 
<p>Les responsables de r&eacute;serves naturelles de Floride ont lanc&eacute; une exp&eacute;rience sur les crocodiles destin&eacute;e &agrave; emp&ecirc;cher leur retour dans les zones r&eacute;sidentielles en leur posant temporairement des aimants au niveau de la t&ecirc;te, un syst&egrave;me sens&eacute; les d&eacute;sorienter. /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria</p>