Le jeu de lancer de chaussures sur George Bush vendu sur eBay

vendredi 19 décembre 2008 20h00
 

LONDRES (Reuters) - Le créateur du jeu "sock and awe", qui invitait les internautes à lancer des chaussures sur George Bush, a déclaré vendredi qu'il avait vendu son concept en quatre jours sur le site d'enchères eBay.

Le Britannique Alex Tew, qui s'était fait connaître en 2006 en vendant des pixels pour un dollar sur le site milliondollarhomepage.com, avait lancé lundi le jeu s'inspirant du geste d'un journaliste irakien devenu mondialement célèbre.

Ce "petit jeu idiot", selon les termes de son créateur, a rapidement attiré des millions de joueurs et menacé de saturer les serveurs d'un nouveau site d'humour que Tew est en train de mettre au point.

"Nous avons passé les trois derniers jours à essayer de sauver nos serveurs et nous voulons travailler sur notre autre principale start up, PopJam. Donc nous l'avons mis sur eBay", a expliqué Tew à Reuters.

"C'est vraiment sympa. Du concept lundi au lancement mardi puis à la croissance mercredi, nous sommes arrivés à la vente jeudi. C'est comme une micro start-up, si vous préférez", a-t-il ajouté.

Le jeu a été acquis par une entreprise britannique qui a remporté l'enchère en proposant 5.215 livres (5.591 euros).

"C'était juste un jeu, une sorte d'expérience", a commenté Tew, qui placera l'argent récolté dans sa société. "Cela s'est avéré être un bon exercice de levée de fonds pour notre start-up, ce qui est bien dans le contexte économique actuel."

Matt Cowan, version française Grégory Blachier

 
<p>George Bush, aux c&ocirc;t&eacute;s du pr&eacute;sident irakien Nouri al Maliki, esquive une chaussure lanc&eacute;e par un journaliste irakien lors d'une conf&eacute;rence de presse &agrave; Bagdad. Le cr&eacute;ateur du jeu "sock and awe", qui invitait les internautes &agrave; lancer des chaussures sur George Bush, a d&eacute;clar&eacute; qu'il avait vendu son concept en quatre jours sur le site d'ench&egrave;res eBay. /Image diffus&eacute;e le 14 d&eacute;cembre 2008/REUTERS/Reuters TV</p>