La crise, un temps de chien !

mardi 16 décembre 2008 14h34
 

LONDRES (Reuters) - La crise économique et financière frappe aussi indirectement les animaux domestiques: ne s'estimant plus en mesure de les entretenir, leurs maîtres ont tendance à s'en débarrasser.

Le Foyer pour chiens et chats de Battersea, dans le sud de Londres, a fait savoir mardi qu'il ne pouvait plus gérer l'afflux d'animaux qui lui étaient confiés: ainsi a-t-il dû recueillir cette année 6.430 chiens errants, soit 1.000 de plus que l'an dernier.

Une nouvelle réglementation transférant de la police aux autorités municipales la responsabilité des animaux errants est partiellement responsable du phénomène, mais la crise aussi, a estimé le Foyer, le plus réputé d'outre-Manche.

"Nous croyons que certains abandonnent leurs chiens parce qu'ils n'ont plus les moyens de s'en occuper", a-t-il ajouté, dans un communiqué.

La Fondation des chiens, un groupe de défense de la condition canine, a publié cette semaine une liste des prétextes absurdes invoqués par les propriétaires pour se débarrasser de leurs animaux.

"Mon chien ne va pas avec le canapé", prétend ainsi l'un d'entre eux. "Mon chien noir jure avec la nouvelle moquette blanche, puis-je l'échanger avec un chien blanc", demande un autre maître indigne...

Michael Holden, version française Marc Delteil

 
<p>La crise &eacute;conomique et financi&egrave;re frappe aussi indirectement les animaux domestiques: ne s'estimant plus en mesure de les entretenir, leurs ma&icirc;tres ont tendance &agrave; s'en d&eacute;barrasser. Le Foyer pour chiens et chats de Battersea, dans le sud de Londres, indique ne plus pouvoir g&eacute;rer l'afflux d'animaux qui lui sont confi&eacute;s: il a d&ucirc; recueillir cette ann&eacute;e 6.430 chiens errants, soit 1.000 de plus que l'an dernier. /Photo d'archives/REUTERS</p>