La paix au Népal, une bonne nouvelle aussi pour les rhinocéros

lundi 24 mars 2008 17h27
 

KATMANDOU (Reuters) - La fin de l'insurrection maoïste au Népal est aussi une bonne nouvelle pour les rhinocéros à une corne, menacés d'extinction pendant les dix années de guerre civile et qui sont aujourd'hui de plus en plus nombreux.

Pendant plus de deux semaines, équipés de jumelles et d'appareils photo, des spécialistes de ce mammifère rare ont parcouru à dos d'éléphant le parc national de Chitwan, au sud-ouest de Katmandou, et recensé 408 individus, a déclaré lundi le directeur du parc, Megh Bahadur Pandey.

"Nous avons intensifié la lutte contre le braconnage et tous les partis politiques s'intéressent désormais à la cause des rhinocéros", a-t-il expliqué.

Un comité réunissant tous les partis politiques a d'ailleurs été formé pour coordonner la lutte contre les braconniers.

Le parc, à 80 km au sud-ouest de Katmandou, comptait 372 rhinocéros en 2005, lors du dernier recensement, contre 544 en 2000.

"Je pense que l'augmentation depuis 2005, dans un si court laps de temps, est une bonne chose", a déclaré Pandey.

Après l'accord de paix conclu en novembre 2006 avec les rebelles maoïstes, les gardes forestiers ont pu revenir dans le parc et rétablir les postes de surveillance qui avaient été retirés pendant la guerre civile.

Les braconniers, qui risquent aujourd'hui jusqu'à quinze ans de prison et 1.540 dollars d'amende, ont longtemps massacré des rhinocéros pour leur corne considérée comme ayant des vertus aphrodisiaques.

Gopal Sharma, version française Mathilde Gardin

 
<p>Un rhinoc&eacute;ros &agrave; une corne et son petit dans un zoo indien. La fin de l'insurrection mao&iuml;ste au N&eacute;pal est aussi une bonne nouvelle pour cette esp&egrave;ce menac&eacute;e d'extinction pendant les dix ann&eacute;es de guerre civile et qui sont aujourd'hui de plus en plus nombreux dans le royaume himalayen. /Photo d'archives/REUTERS/Utpal Baruah</p>