Le trader de la SocGen, improbable héros du cyberespace

lundi 28 janvier 2008 12h58
 

par Crispian Balmer

PARIS (Reuters) - Le trader de la Société générale Jérôme Kerviel, auquel la banque française impute une perte de près de cinq milliards d'euros, a peut-être perdu des amis mais en a découvert des milliers d'autres qui prennent son parti en ligne.

Le Français de 31 ans avait 11 "amis" visibles sur sa page de la plate-forme communautaire facebook.com jeudi lorsque l'information a été rendue publique. Vingt-quatre heures plus tard, il n'en restait plus qu'un.

Dans le même temps, trois faux profils et 21 groupes avaient été créés par quelques admirateurs ou plaisantins sur la même plate-forme.

L'un des groupes, appelant à décerner à Jérôme Kerviel le prix Nobel d'Economie, avait attiré 1.209 membres du monde entier dimanche matin. Un autre "Jérôme Kerviel FanClub" comptait 865 membres.

Le plus ambitieux, bâti sur le principe d'un appel à des dons d'un euro par membre du groupe pour sauver la carrière du trader, avec pour objectif de rassembler 5 milliards d'internautes, ne totalisait que 455 membres en milieu de week-end.

Le procureur a requis lundi le placement en détention provisoire de Jérôme Kerviel en évoquant des risques de "pressions" sur sa personne.

"Jérôme le champion !!!" écrivait depuis le Canada Nazih Saade. "Félicitations Jérôme, nous sommes avec toi !", clamait Miles McKernan depuis l'Espagne ou "Jérôme Kerviel est le Che Guevara de la finance !", lançait Sébastien Philippe du Luxembourg.

Bien que les analystes et banquiers estiment que le scandale pourrait porter atteinte à la réputation financière de la France, nombre d'internautes voulaient privilégier le côté amusant de l'affaire, surtout à l'étranger.   Suite...