Leçons d'amour pour relancer la natalité à Singapour

jeudi 20 mars 2008 13h20
 

SINGAPOUR (Reuters) - Cherchant à relancer un taux de natalité particulièrement bas, la ville-Etat de Singapour a mis en place au sein du Ngee Ann Polytechnic un cours destiné à enseigner aux étudiants toutes les subtilités du flirt.

Cette formation, sobrement intitulée "Comprendre les relations: amour et sexualité" est dispensée par un fonctionnaire de la Social Development Unit (SDU), un organisme gouvernemental faisant office d'agence matrimoniale.

Elle a suscité un tel engouement depuis sa création, en octobre dernier qu'un nouveau formateur a dû être recruté, a indiqué la porte-parole de l'établissement d'enseignement supérieur.

Au programme: des sessions d'analyse de chansons d'amour ou de discussions en ligne, des séances de "speed-dating", tout cela étant destiné à aider les jeunes Singapouriens à mieux comprendre les bases des relations amoureuses de façon à les inciter à se marier.

"En apprenant la dynamique et les subtilités des différentes relations, ils peuvent véritablement mettre en pratique des stratégies et des techniques pour cultiver des relations épanouissantes qui dureront toute leur vie", a déclaré la porte-parole de l'institut.

Ce cursus est la dernière tentative en date du gouvernement de Singapour pour tenter de relancer le taux de natalité, les autorités craignant que le vieillissement de la population ne compromette la croissance économique.

Après avoir notamment mis en place des réduction d'impôts ou des "primes bébé" pour encourager les naissances, en particulier chez les jeunes gens ayant poursuivi des études, les autorités ont également pris des initiatives plus concrètes, confiant au SDU l'organisation de fêtes ou de voyages.

Melanie Lee, version française Myriam Rivet

 
<p>Cherchant &agrave; relancer un taux de natalit&eacute; particuli&egrave;rement bas, la ville-Etat de Singapour a mis en place au sein du Ngee Ann Polytechnic un cours destin&eacute; &agrave; enseigner aux &eacute;tudiants toutes les subtilit&eacute;s du flirt. /Photo d'archives/REUTERS/Arko Datta</p>