La police belge en colère, les automobilistes en profitent

mardi 30 septembre 2014 19h55
 

BRUXELLES (Reuters) - Conduire un peu trop vite, ne pas boucler sa ceinture ou se garer en dehors des endroits autorisés ne devraient pas causer de problème aux automobilistes belges pendant une semaine en raison d'une "grève des amendes" mise en oeuvre par les policiers à partir de ce mardi.

Les policiers du royaume ont décidé de ne pas sanctionner pendant une semaine les infractions mineures au code de la route pour protester contre le projet de relèvement de leur âge de départ à la retraite, de 58 à 62 ans, dans le cadre de la politique de limitation des dépenses fédérales.

"Evidemment, cela ne concerne pas les infractions graves, telles que la conduite dangereuse ou en état d'ivresse", insiste Vincent Houssin, vice-président du syndicat SLFP-Police, qui revendique 18.000 adhérents.

Les syndicats soulignent que la police continuera de veiller à la sécurité routière mais que, pendant une semaine au moins, les caisses de l'Etat n'en profiteront pas.

Environ 40.000 policiers avaient manifesté il y a deux semaines à Bruxelles contre le relèvement de l'âge de départ à la retraite.

(Philip Blenkinsop; Bertrand Boucey pour le service français)

 
Conduire un peu trop vite, ne pas boucler sa ceinture ou se garer en dehors des endroits autorisés ne devraient pas causer de problème aux automobilistes belges pendant une semaine en raison d'une "grève des amendes" mise en oeuvre par les policiers à partir de ce mardi. /Photo d'archives/REUTERS/François Lenoir