Un datacenter dans les caves troglodytiques de Saumur

mercredi 17 décembre 2014 19h17
 

NANTES (Reuters) - Véritable première mondiale selon les porteurs du projet, un "datacenter souterrain" s’apprête à voir le jour dans les caves troglodytiques de la région de Saumur, où ses serveurs pourront se passer d'un coûteux système de climatisation.

Quatre baies informatiques – correspondant aux besoins d’une entreprise de 1.000 personnes – vont être installées au printemps prochain sur un site maintenu secret, entre Saumur et l’abbaye de Fontevraud, dans le Maine-et-Loire, où des premières mesures du "comportement thermique" sont déjà effectuées.

Profitant de la fraîcheur de ces milliers de kilomètres d’anciennes carrières de pierre, transformées par le passé en caves et champignonnières, ce premier datacenter non climatisé pourrait ainsi générer "30 à 40 %" d’économies d’énergie pour une entreprise de services informatiques, ont affirmé mercredi les porteurs du projet lors d’une conférence de presse à Nantes.

Cela représenterait "une somme de 120.000 euros par an" par rapport à une installation similaire, a calculé Christian Herrmann, un des hauts responsables du groupe Sigma Informatique, une société nantaise spécialisés dans le stockage de données.

"Les galeries sont une opportunité exceptionnelle : quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, ou la saison, vous y avez une température de 11-12°C", explique Mathieu Chazelle, architecte-ingénieur au sein d’un cabinet d’architectes qui fait partie du consortium qui pilote le projet.

"C’est un vrai enjeu environnemental, quand on sait que les datacenters consomment à eux seuls 3 % de l’énergie des Etats-Unis."

"Les troglodytes ont aussi l’avantage de réduire le délai de construction et "l’énergie grise" nécessaire à la conception d’un datacenter, car les galeries souterraines sont déjà creusées", fait remarquer Laurent Trescartes, consultant auprès d’un bureau d’études spécialisé.

Ces "collines de pierres" souterraines peuvent aussi faire office de "bunker naturel", souligne-t-il, un argument de poids à l’heure où la sécurité des données informatiques devient un enjeu crucial.

Le conseil régional des Pays de la Loire, partie prenante au projet, entend lui de cette manière "mieux valoriser les mondes souterrains" et y développer à terme des "zones d’activités souterraines", alors que le Saumurois est une région rurale et plutôt pauvre.   Suite...