Les vaches royales méditent sur la fin de la monarchie au Népal

mardi 17 juin 2008 11h29
 

KATMANDOU (Reuters) - Après le départ de Gyanendra, roi déchu du Népal, c'est au tour de ses vaches de s'inquiéter de leur sort deux jours après la transformation du palais royal en musée, fait comprendre un responsable du gouvernement.

Le dernier monarque népalais a quitté la semaine dernière le palais principal de Katmandou, après l'abolition de la monarchie par une assemblée constituante qui a fait du petit Etat himalayen une république.

Mais les 60 vaches de Gyanendra paissent toujours dans les prés du palais de Narayanhiti, en plein coeur de Katmandou. Le roi les gardait pour leur lait frais mais les nouvelles autorités affirment que les paisibles bêtes, sacrées aux yeux des Hindous, doivent aussi s'en aller.

"Nous ne pouvons pas les laisser là et aucune décision n'a été prise à leur sujet", a indiqué Govinda Prasad Kusum, fonctionnaire chargé d'établir l'inventaire des biens du palais.

"Le service du cheptel, qui dépend du ministère de l'Agriculture, devrait peut-être faire usage de ces vaches à des fins de recherche", a-t-il ajouté. Le Népal, pays à majorité hindoue, interdit l'abattage des vaches.

Gyanendra vit désormais en roturier dans l'un de ses anciens relais de chasse, un peu à l'écart de Katmandou. Dimanche, le gouvernement a inauguré un musée dans son palais à toit de pagode rose. On y verra sa couronne incrustée de diamants, son sceptre, son trône et d'autres objets.

Gopal Sharma, version française Philippe Bas-Rabérin

 
<p>Apr&egrave;s le d&eacute;part de Gyanendra, roi d&eacute;chu du N&eacute;pal, c'est au tour de ses vaches de s'inqui&eacute;ter de leur sort deux jours apr&egrave;s la transformation du palais royal en mus&eacute;e. /Photo d'archives/REUTERS</p>