Des chercheurs mettent au point une dynamo... pour genou

vendredi 8 février 2008 07h24
 

par Will Dunham

WASHINGTON (Reuters) - Des chercheurs basés aux Etats-Unis et au Canada ont annoncé jeudi avoir mis au point un dispositif qui, attaché à un genou, utilise l'énergie déployée par ses mouvements lors de la marche pour générer une quantité exploitable d'électricité.

L'engin produit assez de courant pour charger dix téléphones portables en même temps, écrivent-ils dans la revue Science.

Des chercheurs planchent depuis un certain temps sur l'utilisation de l'énergie générée par les mouvements du corps.

Une "dynamo" installée dans la chaussure a ainsi été testée. Jolie et légère, elle ne produisait cependant pas beaucoup d'électricité. Un sac à dos qui produisait du courant en utilisant le mouvement vertical provoqué par la marche de l'utilisateur en produisait beaucoup, mais il était lourd.

Le nouvel engin, en revanche, semble se situer entre les deux, selon ses concepteurs: il reste relativement léger mais génère une quantité intéressante de courant.

Les chercheurs ont déjà pensé à plusieurs applications possibles. Ainsi, la "genouillère" électrogène pourrait servir aux marcheurs et aux soldats qui n'ont pas accès à l'électricité, ont-ils dit.

Arthur Kuo, ingénieur en mécanique de l'Université du Michigan, a travaillé sur l'engin, qui fonctionne un peu sur le même principe que le rechargement des batteries, dans les voitures hybrides, par les freins régénérateurs.

Les freins régénérateurs accumulent de l'énergie cinétique qui, normalement, se dissipe sous forme de chaleur quand le véhicule ralentit. Ainsi, la genouillère accumule l'énergie perdue quand on plie le genou après l'avoir projeté vers l'avant pour faire un pas, expliquent les chercheurs.   Suite...

 
<p>Des chercheurs bas&eacute;s aux Etats-Unis et au Canada ont annonc&eacute; jeudi avoir mis au point un dispositif qui, attach&eacute; &agrave; un genou, utilise l'&eacute;nergie d&eacute;ploy&eacute;e par ses mouvements lors de la marche pour g&eacute;n&eacute;rer une quantit&eacute; exploitable d'&eacute;lectricit&eacute;. /Photo prise le 7 f&eacute;vrier 2008/REUTERS/Andy Clark</p>