Ne tirez pas sur l'ambulance, plutôt sur le sénateur

jeudi 6 mars 2008 18h33
 

ROME (Reuters) - Un sénateur italien a été condamné jeudi à six mois de prison avec sursis et 200 euros d'amende pour avoir simulé un malaise afin de profiter d'une ambulance et arriver à l'heure à une émission télévisée malgré les embouteillages romains en juin dernier.

Gustavo Selva, 81 ans, inscrit au groupe Forza Italia, la formation de Silvio Berlusconi, avait eu recours à ce subterfuge alors que la capitale italienne était pratiquement paralysée par les mesures de sécurité draconiennes qui entouraient la visite du président américain George Bush.

Nullement gêné, il avait ensuite félicité les ambulanciers pour "leur rapidité et leur efficacité".

Cette affaire a scandalisé de nombreux Italiens et les responsables de la santé publique qui ont souligné que l'ambulance ainsi "détournée" de sa fonction première aurait pu être nécessaire pour transporter un vrai malade.

La magistrate Maria Giulia De Marco a reconnu Selva coupable de fraude aggravée et d'atteinte au bon fonctionnement du service public.

A l'issue du jugement, Selva a annoncé qu'il ne se représenterait pas au Sénat lors des élections du mois prochain mais n'a présenté aucune excuse. "Ma conscience est nette", a-t-il dit.

Phil Stewart, version française Guy Kerivel

 
<p>Le s&eacute;nateur italien Gustavo Selva, 81 ans, inscrit au groupe Forza Italia de de Silvio Berlusconi, a &eacute;t&eacute; condamn&eacute; jeudi &agrave; six mois de prison avec sursis et 200 euros d'amende pour avoir simul&eacute; un malaise afin de profiter d'une ambulance et arriver &agrave; l'heure &agrave; une &eacute;mission t&eacute;l&eacute;vis&eacute;e malgr&eacute; les embouteillages romains en juin dernier. /Photo d'archives/REUTERS/Stefano Rellandini</p>