Plus de place au cimetière, plus de décès, décrète le maire

mercredi 5 mars 2008 17h29
 

BORDEAUX (Reuters) - Faute de pouvoir agrandir le cimetière, le maire de Sarpourenx, dans le Béarn, a interdit à ses administrés de décéder sous peine d'être "sévèrement sanctionnés".

L'arrêté affiché en mairie depuis le 13 février indique dans son article premier qu'il est "interdit à toute personne ne disposant pas d'emplacement dans le cimetière et souhaitant être inhumée à Sarpourenx, de décéder dans la commune".

L'article 2 précise que "les contrevenants seront sévèrement sanctionnés pour leurs actes".

Le maire Gérard Lalanne, 70 ans depuis mercredi, se présente aux municipales pour un septième mandat consécutif dans ce village de 260 habitants près d'Orthez dans les Pyrénées-Atlantiques.

Il a pris cet arrêté en réaction à une décision du tribunal administratif de Pau s'opposant à l'expropriation d'un terrain agricole privé de 5.000 m2 qui aurait permis d'agrandir le cimetière communal de 400 m2.

Le 11 janvier, le tribunal avait en effet conclu que "les atteintes à la propriété privée sont excessives par rapport à l'intérêt que présente l'opération".

Gérard Lalanne regrette que cette opération n'ait pu être menée à bien car pour lui elle assurait l'avenir.

"Croyez-moi que je vis des moments difficiles. Cela prête peut-être à rigoler mais pas pour moi", dit-il.

"Je ne peux plus enterrer. Le premier mort qui arrive, je l'envoie au préfet, représentant de l'Etat", assure-t-il, ajoutant que "c'est à ceux qui ont pris cette décision d'en assumer les conséquences".

Claude Canellas

 
<p>Faute de pouvoir agrandir le cimeti&egrave;re, le maire de Sarpourenx, dans le B&eacute;arn, a interdit &agrave; ses administr&eacute;s de d&eacute;c&eacute;der sous peine d'&ecirc;tre "s&eacute;v&egrave;rement sanctionn&eacute;s". /Photo d'archives/REUTERS/Karoly Arvai</p>