Nestlé va offrir des voyages dans l'espace pour le goûter

vendredi 14 décembre 2007 15h19
 

ZURICH (Reuters) - Nestlé lancera en 2008 en France l'une de ses plus grosses campagnes de promotion centrée sur la barre chocolatée KitKat, avec à la clé deux voyages dans l'espace pour les consommateurs les plus chanceux.

Le jeu concerne 25 millions de barres KitKat qui seront mises sur le marché français à partir de janvier.

Les voyages, d'une valeur de 200.000 dollars chacun, sont prévus début 2010. Ils feront partie des tout premiers vols commerciaux réguliers dans l'espace.

"Les vols durent environ quatre heures et s'effectuent à une centaine de kilomètres d'altitude. Ils permettront à leurs passagers d'admirer la courbe de la Terre", explique Muriel Koch, responsable marketing chez Nestlé France.

Le groupe fait appel à la société américaine Rocketplane, l'un des trois acteurs principaux sur le marché du tourisme spatial, avec Virgin et EADS. D'autres lots comme des vols en avion de chasse ou des stages d'entraînement aux conditions d'apesanteur sont à gagner.

"D'après nos recherches, Nestlé est le premier groupe européen à proposer cela", précise Koch.

Le numéro un mondial de l'agro-alimentaire a vu les choses en grand pour cette campagne destinée à promouvoir la nouvelle recette de KitKat.

Billets pour l'espace inclus, le budget des opérations de promotion - internet, télés, radios, points de vente - se chiffrent entre 2,5 et 3,5 millions d'euros.

"C'est une campagne de grosse ampleur. Pour nous, c'est la priorité 2008", souligne Muriel Koch.

KitKat est la deuxième barre chocolatée la plus vendue au monde, derrière Snickers (Mars). En France, elle occupe la troisième place derrière Kinder Maxi et Kinder Bueno (Ferrero), et vise le deuxième rang grâce à cette campagne.

 
<p>Nestl&eacute; lancera en 2008 en France l'une de ses plus grosses campagnes de promotion centr&eacute;e sur la barre chocolat&eacute;e KitKat, avec &agrave; la cl&eacute; deux voyages dans l'espace pour les consommateurs les plus chanceux. /Photo d'archives/REUTERS/Nasa/Handout</p>