En Grèce, début d'un procès entre Lesbiens et lesbiennes

mercredi 11 juin 2008 20h19
 

ATHENES (Reuters) - Un tribunal grec a entrepris d'examiner la requête déposée par des habitants de l'île de Lesbos, en mer Egée, qui souhaitent que les termes lesbien et lesbienne leur soient réservés, apprend-on de source judiciaire.

La procédure a été lancée par trois habitants de l'île, qui estiment que l'emploi du mot "lesbienne" pour désigner les femmes homosexuelles est une insulte à leur identité.

Lesbos, au lrage de la côte turque, est le lieu de naissance de Sappho, poétesse grecque du VIIe siècle avant Jésus-Christ dont les poèmes laissent transparaître son amour pour les femmes.

L'île, notamment le village natal de Sapho, Eressos, est devenue un lieu de rendez-vous privilégié pour la communauté homosexuelle féminine internationale.

Les plaignants soulignent que leur demande ne porte que sur une question d'identité et ne porte aucun jugement sur telle ou telle orientation sexuelle.

"Les femmes homosexuelles ont tout à fait le droit de se définir comme elles le souhaitent, mais elles n'ont pas le droit de s'approprier notre identité nationale", a affirmé Ioannis Achlioptas, qui vit à Lesbos.

"J'ai bien du mal à expliquer à ma fille que nous autres Lesbiens ne sommes pas homosexuels. Ma mère, ma soeur et ma fille sont toutes des Lesbiennes, et il est incroyable de voir à quel point elles sont tournées en ridicule à cause de cela", a-t-il ajouté.

Selon Evangelia Vlami, représentante de la Communauté gay et lesbienne de Grèce, cette inquiétude est hors de propos. "Le mot peut être employé par les deux communautés sans insulter qui que ce soit", a-t-elle déclaré.

L'un des témoins cités par la défense, lui aussi habitant de l'île, a pour sa part souligné que le terme de lesbienne était employé dans le monde entier pour désigner les homosexuelles depuis des siècles, et qu'il avait fortement aidé l'île en permettant d'y développer le tourisme.

Renee Maltezou, version française Gregory Schwartz