Carrefour accélère la cadence au T1 grâce au Brésil

jeudi 10 avril 2014 07h45
 

PARIS, 10 avril (Reuters) - Carrefour a vu sa croissance organique s'accélérer au premier trimestre grâce au Brésil, son deuxième marché, tandis que la dynamique s'est légèrement tassée en France, où la guerre des prix produit ses effets déflationnistes.

Les ventes du numéro deux mondial de la distribution derrière Wall-Mart ont reculé de 3,7% en données publiées à 19,79 milliards d'euros, un chiffre proche des 19,83 milliards du consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Hors essence, taux de change et effets calendaires négatifs dus à des fêtes de Pâques plus tardives cette année, la croissance organique atteint 3,7% après une progression de 3,2% au dernier trimestre 2013.

"Carrefour signe sa meilleure croissance organique depuis plus de deux ans", s'est félicité le directeur financier du groupe lors d'une conférence téléphonique, ajoutant que le consensus de 2,38 milliards d'euros sur le résultat opérationnel courant 2013 était "raisonnable" sur la base des taux de change actuels.

En France, où le distributeur réalise 40% de ses ventes, la croissance organique se tasse à 1,4% (après +2,2%), avec celle des hypermarchés surveillée à la loupe (+0,7% après +1,4%), dans un environnement marqué par une féroce guerre des prix aux effets déflationnistes sur les produits de grande consommation.

L'ensemble des formats du groupe reste cependant en croissance dans l'Hexagone, pour le troisième trimestre d'affilée.

En Europe du sud, le recul reste sévère en Italie (-5,9% après -5,8%) tandis que le redressement se poursuit en Espagne, troisième marché de Carrefour, où les ventes s'inscrivent en terrain positif pour le deuxième trimestre consécutif (+0,6% en comparable après +0,2%).

Dans les pays émergents, la croissance organique accélère en Amérique latine (+15,2% contre +12,6%) grâce au Brésil (+6,4% contre +5,6%), tandis que la Chine reste à la peine avec des ventes en baisse en -3,1%, comme au dernier trimestre 2013.

Le communiqué:

link.reuters.com/suj48v (Pascale Denis, édité par Benjamin Mallet)