PSA pourrait céder Faurecia en cas d'alliance avec Dongfeng-sces

vendredi 15 novembre 2013 17h43
 

par Sophie Sassard et Norihiko Shirouzu

LONDRES/SHANGHAI, 15 novembre (Reuters) - PSA Peugeot Citroën étudie la possibilité de céder sa participation dans Faurecia dans le cadre d'un possible rapprochement avec le groupe chinois Dongfeng Motor Group, a-t-on déclaré à Reuters de plusieurs sources proches du dossier.

Faurecia a demandé à une banque conseil de se pencher sur le scénario d'une cession de la part de 57% de PSA dans l'équipementier automobile, soit sur le marché soit à un fonds de capital-investissement ou à industriel du secteur, ont précisé ces sources, qui ont requis l'anonymat en raison du caractère confidentiel du dossier.

Les discussions n'en sont toutefois encore qu'à un stade très préliminaire et restent subordonnées à la réussite du projet de rapprochement entre le constructeur automobile français et Dongfeng, ajoutent-elles.

PSA a déjà réduit ces dernières années sa présence au capital de sa filiale et il a toujours répété qu'il n'y avait pas de chiffre tabou pour le niveau de sa participation.

Des sources proches du dossier ont indiqué en octobre à Reuters que PSA préparait une augmentation de capital de trois milliards d'euros qui verrait l'Etat français et le chinois Dongfeng prendre chacun une participation substantielle dans le constructeur.

Confronté à d'importantes difficultés financières sur fond de chute des ventes en Europe, PSA a déjà cédé pour deux milliards d'euros d'actifs en 2012, dont 75% de sa filiale de logistique Gefco et son siège de l'avenue de la Grande-Armée à Paris.

En cas de séparation, PSA et Faurecia suivraient un mouvement déjà amorcé dans le secteur automobile, notamment chez l'américain General Motors qui a engagé il y a une dizaine d'années son désengagement de sa filiale d'équipements Delphi, ou chez Ford avec Visteon. (avec Gilles Guillaume et Laurence Frost à Paris, édité par Jean-Michel Belot et Marc Angrand)