Kering améliore ses marges dans le luxe

jeudi 25 juillet 2013 17h40
 

PARIS, 25 juillet (Reuters) - Kering (ex-PPR) a fait état jeudi d'une légère croissance de ses résultats semestriels, marqués cependant par une amélioration des marges de Gucci malgré une stabilisation de la croissance organique de la marque florentine.

Le groupe a profité d'une dynamique qualifiée de "plutôt bonne" aux Etats-Unis et au Japon et d'une reprise de la demande en Europe grâce à de meilleurs flux touristiques, tandis que la situation est restée "plus contrastée en Asie, particulièrement en Chine", a déclaré le directeur financier Jean-Marc Duplaix lors d'une conférence téléphonique.

La division luxe du groupe, qui pèse aujourd'hui pour plus de 90% de ses profits, a vu sa croissance organique atteindre 9,4% au deuxième trimestre après être tombée à 6,4% au premier, grâce surtout à la performance de Bottega Veneta.

Cette dernière a en effet accéléré la cadence à 17,2% (après +8,8%), tandis que Gucci, marque phare de Kering et deuxième griffe mondiale de luxe derrière Louis Vuitton (LVMH ) reste stable à 4% et que Saint Laurent ralentit à 14,4% après 18,7%.

Le résultat opérationnel courant du groupe affiche une hausse de 2,3% à 843 millions d'euros, un chiffre supérieur au consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 808 millions, avec une marge en hausse à 25,6% pour le pôle luxe (contre 24,9%) et à 31,7% pour Gucci (contre 30,1%) qui profite de la montée en gamme - et en prix - de ses sacs en cuir.

L'équipementier Puma, gros point noir du groupe, a quant à lui encore déçu avec une chute de 26,2% de son résultat opérationnel et des ventes inférieures aux attentes, accroissant un peu plus la pression sur le nouveau PDG de la marque.

Pour 2013, Kering dit simplement tabler sur une "nouvelle amélioration de ses performances".

Voir aussi :

* Kering tourne une page, mais pas celle de Puma (Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)