SocGen s'abstient de tout commentaire sur la présidentielle-PDG

jeudi 3 mai 2012 11h57
 

PARIS, 3 mai (Reuters) - La Société générale s'est refusée jeudi à tout commentaire sur l'issue de l'élection présidentielle, alors que le candidat socialiste François Hollande, donné favori dans les sondages, propose de réformer le système bancaire pour protéger les dépôts des clients.

Le PDG de la SocGen Frédéric Oudéa a estimé qu'aucun des candidats à la présidentielle n'avait critiqué le modèle de banque universelle.

"Je ne spécule pas sur le résultat de l'élection. Je pense personnellement que quel que soit le résultat, la réalité va s'imposer", a-t-il dit lors d'une conférence téléphonique à l'occasion de la présentation des résultats trimestriels du groupe.

"Je n'ai pas noté une quelconque critique du modèle de banque universelle française parmi les candidats. Ils ont au contraire plutôt reconnu qu'il avait bien traversé la crise", a ajouté Frédéric Oudéa, qui est aussi président de la Fédération bancaire française (FBF).

Frédéric Oudéa répondait à une question sur l'impact potentiel des réformes proposées par François Hollande sur les résultats et les revenus de la SocGen, qui a fait état d'une baisse de 20% de son bénéfice net au premier trimestre.

Interrogé sur le procès en appel de Jérôme Kerviel, qui doit débuter début juin, la Société générale a une nouvelle fois dénoncé une "offensive médiatique" de l'ex-trader, qui a récemment déposé deux plaintes contre la banque. et

"Nous sommes complètement confiants dans la justice française", a dit Frédéric Oudéa.

La banque a aussi fait savoir lors de cette conférence que sa participation de plus de 7% dans Vivendi n'était pas stratégique.

"C'est un élément purement ponctuel, qui n'a rien de stratégique et qui est lié notamment au fait que l'on gère leurs comptes d'épargne salariale", a dit Frédéric Oudéa. (Matthieu Protard et Lionel Laurent, édité par Dominique Rodriguez)