Areva reste en perte en 2012, nouvelle provision en Finlande

jeudi 28 février 2013 17h46
 

PARIS, 28 février (Reuters) - Areva a annoncé jeudi une perte nette au titre de 2012, en raison notamment de nouvelle provisions liées à l'EPR finlandais, mais le groupe pense autofinancer son développement dès cette année.

Le spécialiste public du nucléaire, dont l'Etat français contrôle directement ou indirectement près de 87% du capital, a également confirmé dans un communiqué l'ensemble de ses objectifs.

Il estime notamment que le flux de trésorerie généré par ses activités opérationnelles (cash flow opérationnel libre) devrait être à l'équilibre en 2013.

Cet indicateur, qui traduit la capacité du groupe à autofinancer ou non son développement, est ressorti à -854 millions d'euros en 2012 contre -1,4 milliard en 2011.

Le directeur financier Pierre Aubouin a par ailleurs déclaré lors d'une réunion avec la presse que la société avait comme "hypothèse" de renouer avec un bénéfice net part du groupe en 2013.

Areva accuse au titre de 2012 une perte nette part du groupe de 99 millions d'euros, en nette amélioration par rapport aux 2,5 milliards de perte de 2011 qui comprenaient des dépréciations d'actifs massives.

Le groupe a cependant dû enregistrer au second semestre une nouvelle provision de 100 millions d'euros au titre du réacteur EPR en construction en Finlande, qui connaît d'importants retards et surcoûts, pour un total de 400 millions en 2012 et de 3,2 milliards depuis le début du chantier.

Il a aussi inscrit dans ses comptes des pertes de valeur de 143 millions d'euros dans l'amont - liée notamment au report d'un projet d'usine d'enrichissement d'uranium aux Etats-Unis - et une provision de 165 millions au titre d'un contrat de modernisation de réacteur en Europe sur lequel il n'a pas souhaité donner de détails.

Son résultat opérationnel a atteint 118 millions d'euros en 2012, contre une perte de 1,9 milliard en 2011, son excédent brut d'exploitation (Ebitda) 1,2 milliard (+14,6%) et son chiffre d'affaires - déjà publié - 9,3 milliards (+5,3%).

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un Ebitda de 1,1 milliard. (Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)