SocGen -Résultat net 2ème trimestre en baisse de 63,1%

mardi 5 août 2008 07h00
 

PARIS, 5 août (Reuters) - La Société générale a annoncé mardi un bénéfice net en recul de 63,1% pour le deuxième trimestre, qui traduit les effets de la poursuite de la crise des marchés du crédit.

Mais il est ressorti néanmoins sensiblement supérieur aux attentes du marché grâce d'une part à une plus-value (262 millions d'euros) sur la cession d'une participation dans Bank Muscat (Oman) et de l'autre à une performance sous-jacente plus vigoureuse que prévu dans la banque de financement et d'investissement (BFI).

Selon un communiqué, le résultat net, part du groupe, de la période s'est élevé à 644 millions d'euros, contre 518 millions attendu en moyenne par les analystes interrogés par Reuters.

En baisse de 42%, à 1.627 millions d'euros, le résultat brut d'exploitation a été de même supérieur aux anticipations (1.333 millions), le recul des revenus (-18,9% à données constantes, à 5.584 millions d'euros), étant moins prononcé que prévu (-23% à 5.096 millions d'euros pour le consensus).

Ceux-ci intègrent un total de 575 millions de dépréciations et pertes sur actifs liées à la crise des marchés du crédit, pour l'essentiel sur des dérivés de crédit exotiques (372 millions d'euros).

La crise a également eu un impact comptable mécanique de -692 millions d'euros découlant de l'évolution au cours du trimestre de la valeur de marché de la dette émise par la banque et des dérivés (CDS) utilisés pour couvrir son portefeuille de crédits. Ce même impact avait été positif de 1,27 milliard d'euros dans les comptes du premier trimestre 2008. En intégrant ces éléments, les revenus de la banque de financement et d'investissement ont fondu de 68% à 663 millions d'euros, mais ont été supérieurs aux 460 millions attendus par les analystes, le résultat net du pôle s'inscrivant en perte de 186 millions (consensus à -321 millions).

Le coût du risque (387 millions d'euros) a plus que doublé sur le trimestre, comme escompté globalement par le marché (374 millions).

La Société générale a fait état enfin d'un ratio Tier One de 8,1% à fin juin, en hausse de 0,2 point sur le trimestre, dont 6,5% pour le "Core Tier One". Dans les nouvelles normes de solvabilité dites de Bâle II, il s'élève à 8,2% (6,6% pour le Core Tier One). /YLG

(Yann Le Guernigou)