Groupe ADP renonce à faire une offre sur l'aéroport de Nice

lundi 2 mai 2016 09h40
 

PARIS, 2 mai (Reuters) - Groupe ADP a annoncé lundi renoncer à faire une offre pour une participation majoritaire dans l'aéroport de Nice, à dix jours de la date de remise des offres fixée par le ministère de l'Economie.

Bercy a donné jusqu'au 12 mai aux candidats à la reprise des participations de 60% dans les aéroports de Nice-Côte d'Azur et de Lyon-Saint Exupéry pour déposer leurs offres. Groupe ADP, exploitant d'Orly et de Roissy, avait déjà fait savoir qu'il n'était pas intéressé par Lyon.

"Nous avons comparé l'aéroport de Nice à nos critères de développement externe et Groupe ADP a décidé de ne pas soumettre d'offre pour la privatisation de l'aéroport de Nice", a déclaré le directeur financier de Groupe ADP, Edward Arkwright, lors d'une conférence téléphonique sur le chiffre d'affaires et le trafic trimestriels du groupe.

Les quatre critères pour les développements externes du groupe sont la croissance du trafic, la complexité de l'actif, la capacité pour Groupe ADP à accroître son contrôle et la rentabilité de l'entreprise.

"(L'aéroport de Nice) n'est pas conforme à notre stratégie", a ajouté Edward Arkwright, ajoutant qu'ADP se concentrerait plutôt sur ses autres opportunités de croissance externe, citant le Vietnam, les Philippines, l'Iran et Djeddah, et sur les aéroports parisiens et l'activité de leurs boutiques.

L'Etat s'est déjà désengagé en 2014 de l'aéroport de Toulouse et la cession de ses participations de 60% dans ceux de Nice et Lyon pourrait lui rapporter jusqu'à 1,5 milliard d'euros. (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)