Bourbon vise un "léger rebond" de la demande de navires au S2

jeudi 10 mars 2016 07h00
 

PARIS, 10 mars (Reuters) - Bourbon a publié jeudi des résultats 2015 marqués par la baisse des prix du pétrole mais le groupe est parvenu à limiter leur impact grâce à ses réductions de coûts et table sur "un léger rebond" de la demande de navires offshore au second semestre.

Le spécialiste des services maritimes pour l'offshore pétrolier et gazier a cependant fait savoir dans un communiqué qu'il visait pour 2016 une baisse "modérée" de ses ventes et "une légère diminution" de sa marge opérationnelle (Ebitdar ajusté/chiffre d'affaires) par rapport à 2015.

"L'année 2016 verra probablement un point bas du cycle de la demande de navires offshore avec un léger rebond au cours du deuxième semestre, principalement dans les activités de maintenance des installations pétrolières et de maintien de la production des champs existants", a-t-il indiqué.

Bourbon, qui confirme vouloir continuer à désarmer temporairement jusqu'à 20% de ses navires ravitailleurs de plates-formes, a en outre souligné qu'il arrivait à la fin de son plan d'investissement et qu'il prévoyait de ce fait une augmentation "sensible" de son free cash-flow par rapport aux 90 millions d'euros de l'an dernier.

Le groupe a enregistré au titre de 2015 un excédent brut d'exploitation hors loyers coque-nue (Ebidtar) et hors plus-values de 547,7 millions d'euros (+7,5%), ainsi qu'un chiffre d'affaires ajusté - déjà publié - de 1.437 millions (+1,1%). Son ratio Ebitdar sur chiffre d'affaires ajusté progresse ainsi de 2,2 points à 38,1%.

Pénalisé par la baisse du taux d'utilisation et des pertes de change latentes, Bourbon accuse une perte nette part du groupe de 76,6 millions d'euros (contre un bénéfice de 73,7 millions en 2014), alors que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S tablait sur -69 millions.

Le groupe prévoit toutefois le versement d'un dividende d'un euro par action au titre de 2015, comme l'an dernier.

L'action Bourbon a clôturé mercredi sur un cours de 13,11 euros, accusant une baisse de 12% environ depuis le début de l'année après un repli de 22% en 2015, pour une capitalisation proche de 940 millions. (Benjamin Mallet, édité par Matthieu Protard)