31 juillet 2009 / 06:34 / dans 8 ans

LEAD 4 Total - T2 en baisse, prudence pour la fin de 2009

* Objectif d‘investissements pourrait ne pas être atteint

* Les efforts d’économies seront maintenus

* Net ajusté du T2 supérieur aux attentes, production inférieure, baisse du titre

Par Benjamin Mallet

(Actualisé avec conférence téléphonique)

PARIS, 31 juillet (Reuters) - Total (TOTF.PA) a publié vendredi des résultats en forte baisse au 2e trimestre 2009 en raison du recul des cours du brut et des marges de raffinage et s‘est dit prudent pour le reste de l‘exercice.

La 3e compagnie pétrolière européenne par la capitalisation boursière derrière Royal Dutch Shell (RDSa.L) et BP (BP.L) a en outre indiqué qu‘elle poursuivrait ses efforts de réduction de coûts et n‘a pas formellement confirmé son objectif d‘investir près de 18 milliards de dollars sur l‘ensemble de 2009.

“Il est trop tôt pour dire si nous dépenserons notre budget de 18 milliards de dollars cette année”, a déclaré lors d‘une conférence téléphonique Patrick de la Chevardière, directeur financier de Total, soulignant notamment que le lancement de certains projets pourrait être retardé.

“Nous avons une meilleure visibilité et nous sommes aujourd‘hui plus confiants que nous ne l’étions au premier trimestre, mais nous pensons qu‘il est sage de rester prudents. Nous continuerons à travailler dur pour réduire nos coûts et mettre en oeuvre une discipline financière stricte pour les nouveaux projets”, a-t-il ajouté.

Hors exceptionnels, le bénéfice net de Total s‘est élevé à 1.721 millions d‘euros au 2e trimestre (-54%), soit plus que les 1.660 millions attendus par les analystes selon le consensus Reuters.

En incluant l‘effet de stock après impôt positif de 788 millions d‘euros et d‘autres éléments non récurrents, le bénéfice net atteint 2.169 millions d‘euros (-54%). Les investissements nets du groupe sont restés stables à 7,0 milliards au premier semestre.

Là où ses rivaux Royal Dutch Shell et BP ont respectivement annoncé au 2e trimestre une baisse et une hausse de leur production de 5% et de 4%, Total a enregistré un repli de 7,3% à 2,182 millions de barils équivalent pétrole par jour, soit un niveau inférieur aux 2,224 millions attendus par les analystes.

MARGES DE RAFFINAGE TOUJOURS FAIBLES

Le résultat opérationnel ajusté des secteurs a baissé de 61% à 3.044 millions d‘euros, sur un chiffre d‘affaires de 31.430 millions, en recul de 35%.

Vers 16h50, le titre Total perdait 2,71% à 38,905 euros alors que le CAC 40 perdait 0,14%, certains analystes jugeant la production du groupe décevante au 2e trimestre.

“Au 3e trimestre, la maintenance restera à un haut niveau (...). Pour le 4e trimestre, la maintenance saisonnière sera terminée et cet effet sur la production devrait s‘inverser”, a déclaré Patrick de la Chevardière.

Par activités, l‘amont a enregistré un résultat opérationnel ajusté en baisse de 53% à 1.451 millions d‘euros en raison d‘une baisse de 51% du cours moyen du baril de brut par rapport au 2e trimestre 2008, à 59,1 dollars.

L‘aval a pour sa part vu son résultat opérationnel ajusté reculer de 73%, à 156 millions d‘euros au 2e trimestre, en raison notamment d‘un recul de 69% de l‘indicateur de marges de raffinage européennes.

“Depuis le début du 3e trimestre 2009, le prix du pétrole reste à un niveau supérieur à la moyenne du premier semestre. Les marges de raffinage européennes sont actuellement à des niveaux très faibles. La chimie est toujours pénalisée par une demande réduite sur le bassin atlantique mais bénéficie de signaux positifs sur la demande en Asie”, a précisé Total.

VISION DES PRIX INCHANGEE

“Notre vision stratégique n‘a pas changé : nous restons convaincus que les prix du baril seront compris entre 60 et 80 dollars à moyen terme et augmenteront ensuite”, a indiqué Patrick de la Chevardière.

“Les prix semblent aujourd‘hui se maintenir au-dessus de 60 dollars le baril en moyenne et c‘est un niveau assez confortable pour nous en termes de gestion de la trésorerie au regard de notre politique de Capex, de dividende et de cessions”, a-t-il ajouté.

Total a souligné qu‘il bénéficierait notamment au cours des prochains mois de la montée en puissance de ses champs d‘Akpo au Nigeria, de Tahiti aux Etats-Unis, ainsi que du démarrage de la production de Yemen LNG puis de Qatargas II train B et de Tombua Landana en Angola d‘ici à la fin 2009, censés lui apporter 200.000 à 230.000 barils par jour en 2010.

Patrick De la Chevardière a précisé que Yemen LNG devrait démarrer fin août ou début septembre, tandis que Qatargas II train B est prévu pour le 3e trimestre.

Total a également répété qu‘il continuerait à vendre progressivement ses actions Sanofi (SASY.PA) - dont il détenait 9,7% à fin juin -, avec l‘objectif d‘avoir soldé sa participation en 2012.

Il a également confirmé son objectif de ratio d‘endettement dans une fourchette de 25 à 30% pour la fin 2009, alors que le ratio dette nette sur capitaux propres de la société s’établissait à 24,7% au 30 juin contre 19,1% au 31 mars et 25,1% au 30 juin 2008.

Total a en outre rappelé qu‘il verserait un acompte sur dividende de 1,14 euro au titre de 2009, en novembre prochain.

Edité par Pascale Denis et Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below