Le bénéfice de Porsche au premier semestre dopé par Volkswagen

mardi 31 mars 2009 09h19
 

FRANCFORT, 31 mars (Reuters) - Le constructeur automobile allemand Porsche (PSHG_p.DE: Cotation) a publié mardi un bénéfice avant impôts pour le premier semestre 2008-2009 largement supérieur au consensus, dopé par sa participation dans Volkswagen (VOWG.DE: Cotation).

Le groupe a indiqué que son bénéfice avant impôts s'était élevé à 7,3 milliards d'euros pour les six mois à fin janvier alors que les onze analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur 3,65 milliards d'euros.

Ce bon résultat est dû principalement aux 6,8 milliards d'euros de bénéfices engrangés grâce à sa participation au sein de Volkswagen.

Fin octobre, Porsche avait annoncé qu'il contrôlait 74% des actions ordinaires de VW, ce qui a provoqué une forte hausse de l'action VW, dont le cours a quintuplé en l'espace de 48 heures pour atteindre 1.000 euros par action, faisant brièvement de Volkswagen la première entreprise mondiale par capitalisation.

Porsche a ensuite exercé une petit nombre d'options de vente pour réduire les pressions à la vente, déclenchant la colère d'investisseurs comme Deutsche Bank (DBKGn.DE: Cotation) ou le gestionnaire de fonds DWS, qui ont accusé le constructeur de manipuler le marché et d'avoir enfreint la réglementation.

L'autorité des marchés allemands (la BaFin), qui avait ouvert une enquête officielle, a fait savoir mardi qu'elle n'avait découvert aucune preuve d'infractions à la réglementation boursière.

Le constructeur, qui a annoncé début janvier avoir porté sa participation dans VW à plus de 50% des droits de vote, a rencontré des difficultés la semaine dernière pour renouveler une ligne de crédit de 10 milliards d'euros et il a été contraint d'élargir le cercle de ses créditeurs.

Mercredi dernier, il a fait savoir qu'il demanderait à être évalué pour la première fois par une agence de notation.

Porsche souhaite par ailleurs porter à 75% sa participation dans VW mais le Land de Basse-Saxe, qui détient 20% des droits de vote de VW, s'oppose au transfert de l'ensemble du contrôle financier et managérial de VW dans la holding de Porsche.

Dans les premiers échanges, Porsche perdait 3,97% alors que VW cédait 0,8%.

(Christiaan Hetzner, version française Gwénaelle Barzic)