July 30, 2009 / 5:41 AM / in 8 years

LEAD 4 F.Tel -Ebitda meilleur qu'attendu, prévisions rassurantes

7 MINUTES DE LECTURE

* Taux d'Ebitda -0,7 point à 34,7% au S1, dégradation semblable attendue au S2

* CA -0,5% à 25,46 mds au S1, léger retrait attendu hors impact réglementaire au S2

* Dividende intérimaire E0,60, objectif de cash flow organique de E8 mds confirmé pour 2009

* France Télécom étudierait le rachat d'actifs de Zain s'ils étaient à vendre séparément

(Actualisé avec la conférence téléphonique analystes (§15-17), cours)

Par Cyril Altmeyer

PARIS, 30 juillet (Reuters) - France Télécom FTE.PA a annoncé jeudi prévoir une dégradation de son taux d'Ebitda similaire à celle de 0,7 point enregistrée au premier semestre à la faveur de réduction de coûts, avec une baisse limitée de son chiffre d'affaires hors impact des mesures réglementaires.

Le troisième opérateur télécoms européen en termes de capitalisation boursière a confirmé viser un cash flow organique de huit milliards d'euros en 2009.

L'action s'adjuge 3,82% à 17,645 euros vers 16h10, surperformant l'indice paneuropéen .SXKP (+2,8%) et l'espagnol Telefonica (TEF.MC) (+1,4%), qui a publié un résultat supérieur aux attentes grâce à l'Amérique latine et à des réductions de coûts (Plus de détails: [ID:nLU327677]).

Les analystes ont apprécié des performances moins mauvaises que redouté pour France Télécom en Espagne et l'annonce d'un cash flow organique de 4,1 milliards d'euros au premier semestre les a rassurés sur l'objectif annuel.

"L'ampleur des réductions de coûts constitue une surprise positive", souligne également J.P. Morgan.

L'Ebitda ressort en baisse de 2,6% à base comparable à 8.821 millions, soit une dégradation de 0,7 point de sa marge à 34,7%, contre 8.641 millions et 33,8% attendus par les analystes interrogés par Reuters. Le groupe a réduit ses charges de restructuration de 67 millions d'euros au deuxième trimestre et ses économies sur les frais généraux et les charges commerciales ont commencé à porter leurs fruits.

Le directeur financier Gervais Pellissier a précisé lors d'une conférence téléphonique que le groupe s'attendait au second semestre à une dégradation du taux d'Ebitda comparable à celle du premier semestre et qu'il ne percevait pas d'amélioration de l'activité en juillet comparé à juin.

France Télécom n'a investi au premier semestre que 9% de son chiffre d'affaires pour s'adapter au niveau d'activité, mais a confirmé prévoir un taux de près de 12% en 2009.

Le groupe s'attend à un "léger retrait" de son chiffre d'affaires sur la deuxième partie de l'année, hors impact réglementaire qui devrait être deux fois plus marqué qu'au premier semestre dans une conjoncture toujours difficile.

Le chiffre d'affaires baisse de 0,5% à base comparable à 25.458 millions d'euros, à comparer à un consensus de 25.535,5 millions, sous l'effet d'un recul de 2,7% dans la téléphonie mobile alors que la téléphonie fixe et internet, qui représente plus de la moitié du total, progresse de 0,9%.

DÉGRADATION DU CA PLUS MARQUÉE AU T2

La baisse a été plus marquée au deuxième trimestre, avec un recul de 1,3% à données comparables, en raison de la dégradation de l'environnement économique, notamment en Espagne, où Gervais Pellissier a précisé que le groupe ne prévoyait pas d'amélioration à court terme, et au Royaume-Uni. Le marché français a confirmé sa résistance avec une hausse de 1,0% au deuxième trimestre à données comparables, portée par un bond de 5,5% dans la téléphonie mobile, avec un gain de 211.000 clients à 25,3 millions et une part de marché de 43,2%.

Dans l'internet et la téléphonie fixe, le chiffre d'affaires a baissé de 1,7% au deuxième trimestre, avec 9,1 millions de clients à l'ADSL et une part de marché réduite d'un demi-point à 49,2%. Orange compte 393.000 abonnés à ses chaînes Orange Sport et Orange Cinéma séries à la fin juin, contre 363.000 fin mars.

France Télécom a également confirmé prévoir un ratio dette nette sur Ebitda inférieur à 2 fin 2009, avec un taux quasi stable à 1,94 fin juin. Le groupe a renforcé sa position de liquidités à 16 milliards d'euros au premier semestre contre 14,4 milliards fin 2008 en intégrant ses lignes de crédit.

Le groupe versera en septembre un acompte sur dividende de 0,60 euro par action, stable comparé à 2008, ce qui laisse supposer un dividende annuel stable à 1,40 euro, a précisé Gervais Pellissier.

Il a également déclaré que le groupe regarderait le rachat de certains actifs africains de l'opérateur mobile koweïtien Zain (ZAIN.KW) s'ils étaient à vendre séparément. Il a réaffirmé que le groupe ne s'intéressait pas à l'acquisition en bloc des actifs en Afrique de Zain, avec lequel Vivendi (VIV.PA) a récemment interrompu des discussions menées en ce sens. [ID:nLK23531].

Un an après l'offre avortée sur l'opérateur nordique TeliaSonera TLSN.ST, le PDG Didier Lombard a réaffirmé que France Télécom ne recherchait pas d'opérations structurantes.

Louis-Pierre Wenes, directeur général adjoint chargé de la France, a de son côté précisé que le groupe déterminerait son plan d'investissement dans la fibre optique à l'automne, une fois fixé le cadre réglementaire.

France Télécom a suspendu son déploiement depuis la fin juin en réaction à la décision de l'autorité des télécoms (Arcep) d'autoriser chaque opérateur à acheminer sa propre fibre dans chaque foyer, une solution qu'il décrie. [ID:nLA513363]

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below