30 avril 2009 / 17:26 / dans 8 ans

LEAD 1 Pérol promet aux actionnaires de "redresser" Natixis

par Matthieu Protard

LA DEFENSE (Hauts-de-Seine), 30 avril (Reuters) - Face à des actionnaires remontés et accueilli par quelques huées, François Pérol, le président du conseil de surveillance de Natixis (CNAT.PA), a promis jeudi de redresser la banque touchée de plein fouet par la crise financière.

Annoncée comme électrique, l‘assemblée générale de Natixis s‘est finalement déroulée sans incident majeur. Seuls deux ou trois actionnaires, rapidement maîtrisés et expulsés par la sécurité, ont tenté de perturber la réunion en lançant des pantoufles en direction des dirigeants de la banque.

Laurent Mignon, désigné mercredi pour remplacer Dominique Ferrero à la direction générale de Natixis, “va s‘attacher à redresser cette entreprise”, a déclaré l‘ancien secrétaire général adjoint de l‘Elysée.

Ni Laurent Mignon ni Dominique Ferrero n’étaient toutefois pas présents à cette AG.

“Oui, les résultats en Bourse sont mauvais. Mais cette société, elle a du potentiel”, a ajouté François Pérol, sur un ton parfois agressif.

Natixis, détenue à 71% par les Banques populaires et les Caisses d’épargne en cours de rapprochement, a accusé en 2008 une perte nette de 2,8 milliards d‘euros et a déjà été recapitalisée à hauteur de 5,6 milliards d‘euros.

François Pérol n‘a toutefois pas voulu donner de faux espoirs à des actionnaires qui ont vu l‘an dernier le titre Natixis plonger de 85,54% après avoir été introduite en Bourse au prix de 19,55 euros.

“Je ne dis pas qu‘on va retrouver le cours de l‘action lors de son entrée en Bourse”, a-t-il prévenu.

Présent dans la salle, Fabrice Rémon, responsable de Deminor, société de conseil aux actionnaires, a de son côté qualifié d’“arnaque” la vente de titres Natixis en 2006, année de la création de la banque.

Malgré la chute de l‘action, François Pérol a écarté tout retrait de la cote lors de l‘AG qui a par ailleurs enteriné la transformation de la banque en société à conseil d‘administration et non plus à conseil de surveillance et directoire.

“Le retrait de la cote n‘est pas d‘actualité”, a-t-il dit en réponse à une question d‘un actionnaire.

Jean-Marc Moriani, membre du directoire de Natixis a quant à lui prévenu que la banque aurait à passer de nouvelles dépréciations “significatives”, notamment sur les rehausseurs de crédit.

L‘action a clôturé jeudi en baisse de 1,47% à 1,73 euro.

Voir aussi:

* Une AG d‘actionnaires placée sous haute sécurité [ID:nLU964181]

* Pérol nomme un nouveau DG pour Natixis [ID:nLT60127]

édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below