30 avril 2009 / 14:16 / dans 8 ans

LEAD 1 Chrysler dépôsera son bilan - Maison Blanche

par Poornima Gupta et Jeff Mason

DETROIT, 30 avril (Reuters) - Chrysler [CBS.UL] déposera son bilan après l’échec des discussions avec ses créanciers obligataires sur sa dette, a déclaré jeudi un haut fonctionnaire de la Maison Blanche.

Chrysler avait besoin du soutien de ces créanciers pour poursuivre sa restructuration et éviter de se placer sous tutelle judiciaire, un fait sans précédent dans l‘histoire de l‘automobile aux Etats-Unis.

La procédure d‘invocation du Chapitre 11 du code des faillites risque de provoquer une véritable onde de choc dans l‘ensemble du secteur automobile, que ce soit les constructeurs, les fournisseurs ou les concessionnaires.

Le président Barack Obama doit s‘exprimer sur la situation de Chrysler et du secteur automobile à 16h00 GMT.

Le dépôt de bilan ne remet pas en cause la possibilité d‘un accord d‘alliance Fiat FIA.MI. Concernant ce dernier point, l‘industriel italien a démenti toute signature d‘un accord avec Chrysler, comme l‘affirme le Corriere della Sera.

Cette alliance et une entente avec les créanciers et les syndicats étaient les piliers d‘un nouveau plan de restructuration que Chrysler doit présenter d‘ici minuit pour pouvoir bénéficier de la mane publique.

Les principales banques créancières avaient accepté l‘offre du Trésor d‘effacer 6,9 milliards de dollars de dette garantie de Chrysler en échange de deux milliards de dollars en cash.

Mais trois fonds - Oppenheimer Funds, Perella Weinberg Partners et Stairway Capital - se faisaient tirer l‘oreille et Washington avait mis 250 millions de dollars supplémentaires sur la table, ont dit des sources au fait des discussions.

La dette garantie de Chrysler est répartie sur 45 établissements financiers environ.

Obama déclarait mercredi qu‘il avait plus d‘espoir de voir Chrysler viable qu‘un mois auparavant, après les concessions faites par les syndicats de Chrysler et ses banques.

La coopération des salariés de Chrysler s‘est confirmée mercredi soir avec la ratification, par les adhérents du syndicat de l‘automobile américain UAW, d‘une convention collective révisée qui prévoit des économies de coûts radicales, notamment par des baisses de salaires et une protection sociale moins favorable.

Le syndicat de l‘automobile canadien CAW avait lui-même déjà accepté une révision de la convention collective locale.

General Motors (GM.N), l‘autre géant automobile américain menacé de faillite, a jusqu‘en mai pour démontrer sa capacité à redevenir viable. Il a été demandé aux détenteurs d‘obligations GM, qui représentent environ 27 milliards de dollars de la dette du groupe, d‘en effacer 90% via un plan d’échange contre des actions lancé cette semaine en dépit des protestations des investisseurs.

Un comité représentant ces détenteurs d‘obligations a l‘intention de présenter un plan alternatif dans la journée aux autorités américaines.

Ce plan, a-t-on indiqué à Reuters de source proche du comité, donnerait aux créanciers obligataires 51% du capital en actions du constructeur, soit son contrôle, contre 10% seulement proposé pour le moment par GM.

Avec Kevin Krolicki, Soyoung Kim, David Bayley, Nick Carey, Jui Charkavorty, John Crawley et Giselda Vagnoni, version française Dominique Rodriguez et Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below