July 30, 2009 / 7:34 AM / 8 years ago

COR LEAD 2 EDF défend stratégie d'acquisitions à l'international

7 MINUTES DE LECTURE

Au 16ème paragraphe bien lire que le taux de disponibilité est de 81% en 2009 au lieu de 89%.

* EDF fait valoir que l'international dope sa croissance

* Le groupe réitère sa demande de hausse des tarifs en France

* S1 supérieur aux attentes, prévisions confirmées

(Actualisé avec conférence de presse, cours et commentaire d'analyste)

Par Benjamin Mallet

PARIS, 30 juillet (Reuters) - EDF (EDF.PA) a défendu jeudi sa stratégie d'acquisitions à l'international et réitéré sa demande d'une hausse des tarifs de l'électricité en France en mettant en avant ses efforts d'investissements.

L'électricien public, qui a publié des résultats dopés par British Energy au 1er semestre, a également confirmé ses objectifs pour l'ensemble de l'exercice 2009.

"Depuis la cession de nos filiales déficitaires d'Amérique latine en 2005, nos activités à l'international sont toutes rentables et génèrent des ressources suffisantes pour financer leurs investissements de maintenance et de croissance organique. Cette tendance est durable et devrait se poursuivre", a déclaré lors d'une conférence de presse Pierre Gadonneix, le P-DG d'EDF.

"En France, nous sommes dans une situation où la croissance de l'investissement génère une hausse de l'endettement", a-t-il en revanche souligné. "EDF est désormais un groupe international, dont le développement est porté par sa stratégie de croissance rentable hors des frontières historiques. C'est le seul choix qui garantisse notre avenir industriel (...)."

Les déclarations de Pierre Gadonneix interviennent quelques semaines après sa demande d'augmenter les tarifs de l'électricité en France de 20% sur trois ans ou plus.

Cette demande avait suscité de vives critiques et le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, avait estimé qu'il "serait anormal de faire payer au consommateur français des erreurs d'investissements à l'étranger". Pour plus de détails, cliquer sur [ID:nnLH676172].

Evoquant l'acquisition de British Energy, le P-DG d'EDF a souligné jeudi qu'elle n'avait "pas coûté un centime aux clients Français". EDF compte en outre boucler le rachat de la moitié des actifs nucléaires de l'américain Constellation Energy CEG.N au 3e trimestre et celui de SPE, en Belgique, d'ici à la fin de l'année.

13 Milliards D'investissements en 2009

Concernant les hausses de tarifs, Pierre Gadonneix a déclaré : "A court terme, je comprends naturellement les préoccupations liées au pouvoir d'achat dans une période très difficile. Il appartient bien sûr au gouvernement de fixer, dans la durée, le rythme et le niveau des évolutions tarifaires."

Il a également dit qu'EDF était "ouvert à des mécanismes de transition" dans le cadre d'une libéralisation du marché de l'électricité en France préconisée par le rapport Champsaur [ID:nLO942265].

Les investissements opérationnels d'EDF ont totalisé 5,6 milliards d'euros au premier semestre en hausse 35,3% alors que le groupe prévoit d'investir 13 milliards sur l'ensemble de l'année, dont 7,5 milliards en France.

Au 30 juin, EDF a enregistré un résultat net part du groupe de 3.117 millions d'euros (stable), un résultat net courant de 3.096 millions (-5,5%), un résultat brut d'exploitation (Ebitda) de 10.141 millions (+12,2% et +2,4 en organique), un résultat d'exploitation de 6.775 millions (+14,6%) et un chiffre d'affaires de 34.897 millions (+8,2% et +4,9% en organique).

Selon le consensus Reuters, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 2.819 millions d'euros, un Ebitda de 9.971 millions, un Ebit de 6.289 millions et un chiffre d'affaires de 36.089 millions.

EDF a en outre confirmé que son Ebitda devrait enregistrer une croissance modérée en 2009 à périmètre et taux de change constants et que son résultat net hors éléments non récurrents ne progresserait pas pas rapport à 2008 compte tenu de son programme d'investissements.

La Bourse Salue Les Resultats

Vers 11h40, EDF progressait en Bourse de 5,04% à 34,80 euros. Ingo Becker, analyste chez Kepler, a évoqué dans une note "de bons résultats" et souligné que le groupe devrait déjà bénéficier d'une première hausse de tarifs en France à la mi-août [ID:nLT423457].

Au cours du 1er semestre, British Energy a contribué à l'Ebitda du groupe à hauteur de 936 millions d'euros tandis que les grèves en France - notamment dans les centrales nucléaires - ont pénalisé ses résultats à hauteur de 270 millions, l'impact sur l'ensemble de 2009 étant attendu à 450 millions.

Le groupe a en outre confirmé qu'il visait un taux de disponibilité "sous-jacent" - sans les impacts environnementaux et sociaux - de ses centrales de 85% à l'horizon 2011, l'objectif pour 2009 étant fixé à 81%.

La dette nette d'EDF a atteint 36,8 milliards au 30 juin contre 18,2 milliards un an auparavant et 24,5 milliards à la fin 2008, une hausse qui reflète le financement des acquisitions, dont celle de British Energy, qui a pesé pour 10,8 milliards au 1er semestre.

EDF, qui veut conserver une structure financière solide avec un ratio dette nette/Ebitda compris entre 2,5 et 3, a engagé un programme de cessions qui devrait alléger son endettement financier net d'au moins 5 milliards d'euros en 2009-2010.

Il a par ailleurs engagé un programme d'économies, le total des gains attendus en 2009 étant estimé à 300 millions d'euros après 285 millions en 2008, avec l'objectif d'atteindre un milliard de gains nets en 2010.

avec la contribution de Marc Joanny, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below