30 juillet 2009 / 10:31 / il y a 8 ans

SYNTHESE 2 Le secteur pétrolier ne prévoit pas de reprise rapide

* Les bénéfices de Shell, Exxon et Repsol ont plongé au T2

* Pas de reprise rapide à l‘horizon

* Shell et Repsol vont réduire leurs coûts

(actualisé avec Exxon)

par Tom Bergin

LONDRES, 30 juillet (Reuters) - Le repli des cours du brut et du gaz a nettement affecté les résultats trimestriels des groupes pétroliers Exxon Mobil (XOM.N), Royal Dutch Shell (RDSa.L) et Repsol (REP.MC), les obligeant à de nouvelles réductions de coûts et à une diminution des investissements.

Le secteur pâtit d‘une demande en berne, d‘un surplus de capacité et de coûts industriels élevés sans perspective de reprise rapide, a résumé le directeur général de Shell, Peter Voser.

Les bénéfices net hors exceptionnels des trois groupes pétroliers ont plongé de près des deux tiers, en écho aux résultats annoncés cette semaines par BP (BP.L) et ConocoPhilips. Plus de détails [ID:nLS551552] et [ID:nLT719207]

En dépit de cet environnement difficile et du raffermissement du dollar, les européens Shell et Repsol sont parvenus à battre le consensus des analystes, ce qui n‘a pas été le cas de l‘américain Exxon.

A 14h45 GMT, Royal Dutch Shell progresse de 0,5% tout comme Repsol, tandis qu‘Exxon abandonne 1,0%.

Confirmant les propos tenus par son homologue de Repsol, Peter Voser, installé à la tête de Shell depuis début juillet, a estimé que les perspectives restaient ternes à la fois pour la demande et pour les prix.

“Nous ne parions pas sur une reprise rapide”, a-t-il reconnu dans un communiqué.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice de la “major” anglo-néerlandaise ressort à 3,15 milliards de dollars (2,24 milliards d‘euros) alors que les analystes anticipaient 2,55 milliards.

“PLAN D’ÉCONOMIES EXTRAORDINAIRE” POUR REPSOL

Depuis le 1er juillet, le groupe a supprimé 20% de son encadrement supérieur et prévenu qu‘il y aurait de nouvelles suppressions de postes.

Ses dépenses d‘investissement vont quant à elles fondre de 10% pour tomber à 28 milliards de dollars.

Depuis le début de l‘année, le groupe basé à La Haye a réduit ses coûts de 700 millions de dollars par rapport à la même époque l‘année dernière.

Ce chiffre ne comprend pas les économies liées aux effets de change évaluées à deux milliards de dollars.

L‘espagnol Repsol a quant à lui fait état d‘un bénéfice avant intérêt et impôts hors éléments exceptionnels et effets de stocks de 428 millions d‘euros au titre du deuxième trimestre contre 1,464 milliard d‘euros un an auparavant. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient 418 millions d‘euros.

Le groupe impute ce résultat supérieur aux attentes aux résultats encourageants de sa filiale argentine YPF.

Il indique avoir mis en place un “plan d’économies extraordinaire” qui va le conduire à réduire de 10% les dépenses d‘investissement prévues au titre de l‘exercice 2009.

Aux Etats-Unis, Exxon Mobil (XOM.N), première compagnie pétrolière cotée au monde, a fait état d‘une chute de 66% de son bénéfice trimestriel.

Hors exceptionnels, son bénéfice s‘est élevé à 4,09 milliards de dollars (2,9 milliards d‘euros), ou 84 cents par action, au deuxième trimestre alors que les analystes tablaient sur 1,02 dollar par action.

Sa production de gaz et de pétrole a diminué de 3% sur la période d‘avril à juin par rapport à l‘an dernier.

Le groupe a toutefois précisé qu‘il n‘avait pas l‘intention de modifier ses projets d‘investissement.

Vendredi, deux autres poids lourds du secteur, Chevron (CVX.N) et Total (TOTF.PA), doivent publier leurs résultats.

Version française Nicolas Delame et Gwénaëlle Barzic

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below