31 octobre 2008 / 06:55 / dans 9 ans

LEAD 2 Sanofi relève ses prévisions 2008, rassure sur le Plavix

* CA T3 un peu meilleur que prévu et relèvement de l‘objectif de BNPA 2008

* Arrêt de développement de deux produits

* Impact limité de la copie du Plavix en Allemagne

par Noëlle Mennella

PARIS, 31 octobre (Reuters) - Sanofi-Aventis (SASY.PA) a relevé ses prévisions de croissance de son bénéfice par action pour la totalité de l‘exercice 2008 à l‘issue d‘un troisième trimestre marqué par une envolée des ventes de l‘anti-diabétique Lantus et une bonne performance de l‘activité vaccin.

Le laboratoire a voulu apaiser le marché sur les risques liés au lancement en Allemagne d‘une copie du Plavix, son anticoagulant vedette, en affirmant que cette concurrence restait “relativement modeste” et qu‘il avait mis en place une stratégie commerciale pour la contrer.

Mais le n°4 mondial du secteur groupe a aussi annoncé l‘arrêt du développement de l‘AVE2268 - un inhibiteur administré par voie orale dans le diabète de type 2 - ainsi que celui du Surinabant, un antagoniste pour le sevrage tabagique.

L‘action Sanofi-Aventis - dont la perte depuis le début de l‘année est inférieure à 25% - a réagi en inscrivant, à 10h00, un gain de 2,3% à 48,2 euros quand le CAC 40 perdait 1,52% et que l‘indice sectoriel européen s‘adjugeait 2,2%. Le titre surperforme le CAC 40, qui depuis le début de l‘année a cédé 40%.

Pour la totalité de l‘exercice en cours, le groupe anticipe désormais une croissance de son bénéfice net par action 2008 ajusté hors éléments particuliers de l‘ordre de 9%. Jusqu’à présent il tablait, sur la base de cette même parité, sur une croissance d‘environ 8% de ce résultat.

BAISSE DES FRAIS COMMERCIAUX

Au troisième trimestre 2008, Sanofi a dégagé un résultat net part du groupe de 1.888 millions d‘euros, en hausse de 1,9%, soit 1,45 euro par action contre 1,37 euro un an plus tôt.

Les analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un bénéfice net de 1.843,6 millions et un bénéfice par action de 1,42 euro.

Le résultat opérationnel courant s’établit à 2.640 millions d‘euros, à comparer à un consensus de 2.492,5 millions d‘euros.

Le chiffre d‘affaires, attendu à 6.903 millions d‘euros, ressort à 6.853 millions, en baisse de 2,4% à données publiées du fait de l‘effet devises et des variations de périmètre. A données comparables, les ventes sont en hausse de 5,5%.

Sanofi dit avoir diminué de 5,9% ses frais commerciaux et généraux au troisième trimestre par rapport à la même période de 2007, à 1.651 millions. Le ratio frais commerciaux et généraux rapportés au chiffre d‘affaires baisse de 0,9 point à 24,1%.

“Les chiffres sont légèrement mieux qu‘attendu grâce à une bonne maîtrise des charges opérationnelles mais ils arrêtent encore quelques produits en R&D”, commente Jean-Jacques Le Fur (Oddo Securities).

Les ventes de vaccins ont progressé de 9,4% à données comparables au troisième trimestre à 947 millions d‘euros. Aux Etats-Unis, premier marché pharmaceutique mondial, il a totalisé 605 millions d‘euros, en progression de 12%.

De son côté, l‘activité pharmaceutique affiche un gain de 4,9% à 5.906 millions d‘euros au troisième trimestre.

Les ventes des 15 premiers médicaments du groupe s’élèvent à 3.957 millions (+7,3%). Sur neuf mois, leur progression ressort à 4,8%. Sanofi souligne que leur croissance aurait été de 9,2% hors impact de la “générification” d‘Ambien IR (insomnie) aux Etats-Unis et d‘Eloxatine (cancer) en Europe.

EN ATTENDANT VIEHBACHER

Au troisième trimestre les ventes de Lantus ont bondi de 29,1% à 612 millions avec pour les seuls Etats-Unis un bond de 34,6% à 362 millions d‘euros.

Le Plavix, dont la protection du brevet principal a été maintenue en novembre 2011 aux Etats-Unis mais où une copie a été lancée mi-août en Allemagne, a vu ses ventes croître de 5,7% à données comparables à 630 millions au troisième trimestre.

Lors d‘une conférence téléphonique Hanspeter Spek, directeur général en charge des opérations pharmaceutiques du groupe, a estimé que jusqu’à présent l‘impact de ces copies était “relativement modeste et limité”, la part de marché de ces génériques ne dépassant par les 20% en volume.

Il a répété que leur molécule n’était “pas totalement substituable” à celle du Plavix. Il a en outre indiqué que le groupe mettra tout en oeuvre pour défendre son médicament.

Chez Natixis Securities Philippe Lanone estime que ces déclarations vont rassurer “par rapport à toutes les exagérations qui se déclenchent quand les mots Plavix et générique sont associés”.

L‘analyste observe que la part de marché prise par les génériqueurs “est conforme aux trajectoires que l‘on pouvait envisager et n‘aura pas d‘impact majeur sur l‘avenir du groupe”.

Chez WestLB, Oliver Kaemmerer observe que le marché attend maintenant l‘arrivée de Chris Viehbacher qui, le premier décembre prochain, remplacera à la direction général du groupe Gérard Le Fur. /NM

(Avec la contribution de Ben Hirschler à Londres

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below