April 29, 2009 / 9:31 AM / 8 years ago

LEAD 1 Le bénéfice de Shell recule de 58% avec la baisse du brut

4 MINUTES DE LECTURE

* Le bénéfice net coûts courants chute de 58%

* La production de pétrole et de gaz recule de 3,6%

* Le titre gagne 0,6%

par Tom Bergin

LONDRES, 29 avril (Reuters) - Comme ses concurrents, le pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell (RDSa.L) a fait état mercredi d'une forte baisse de son bénéfice au premier trimestre en raison du recul des cours du brut, tout en battant le consensus des analystes grâce à la bonne performance de ses ventes.

Son bénéfice net coûts courants, qui exclut les bénéfices non-réalisés ou les pertes liées aux changements dans la valeur des stocks, a chuté de 58% par rapport à la même période de l'exercice précédent à 3,3 milliards de dollars (2,5 milliards d'euros).

A titre de comparaison : le britannique BP (BP.L) a vu son bénéfice plonger de 62% , celui de l'américain ConocoPhilips (COP.N) a dévissé de 80%.

A 9h12 GMT, l'action A cotée à Londres gagnait 0,6% à 1.549 pence alors que l'indice européen du pétrole et du gaz .SXEP était étale.

Mark Bloomfield, analyste pétrole à Citigroup, souligne que les bons résultats des ventes ont atténué l'impact du recul des cours au premier trimestre, ce qui pourrait ne pas se reproduire.

Recul De La Production

La première compagnie pétrolière européenne par capitalisation boursière a précisé que sa production de pétrole et de gaz avait reculé en moyenne de 3,6% à 3,40 millions de barils équivalent pétrole par jour (bepj), l'exploitation de nouveaux gisements n'ayant pas compensé le déclin naturel des gisements déjà existants.

Le prix du baril de Brent s'est élevé en moyenne à 44 dollars au premier trimestre contre 97 dollars il y a un an, ce qui a pénalisé les résultats de sa division de production de pétrole et de gaz.

Plus généralement, la plupart des activités du groupe ont souffert durant les trois premiers mois de l'année avec une forte baisse des bénéfices du raffinage et de la vente au détail de pétrole et une perte pour la pétrochimie.

La plus forte baisse en pourcentage concerne la filiale de sables bitumineux, qui extrait du pétrole des gisements de l'Alberta, une activité coûteuse qui a particulièrement souffert de la baisse des cours.

La filiale a enregistré une perte de 42 millions de dollars, contre un bénéfice de 249 millions au premier trimestre 2008.

En revanche, Shell a vu son activité de négoce du pétrole et du gaz progresser comme ses concurrents BP et ConocoPhillips.

Le groupe a précisé que sa dette avait augmenté, les flux de trésorerie générés par ses opérations n'ayant pas suffi à couvrir les dépenses et le paiement du dividende. Son ratio de levier financier a triplé pour atteindre 6,6% mais il reste assez bas pour que Shell ne soit pas contraint de réduire son dividende.

En excluant des gains exceptionnels de 337 millions de dollars, Shell a dégagé un bénéfice coût courants de 2,96 milliards de dollars, alors que sept analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un résultat inférieur de 2,62 milliards.

version française Gwénaelle Barzic

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below