UBS va annoncer de nouvelles dépréciations d'actifs - presse

dimanche 29 mars 2009 15h02
 

ZURICH, 29 mars (Reuters) - La banque suisse UBS UBSN.VX devrait annoncer de nouvelles dépréciations d'actifs et de nouvelles suppressions d'emplois dans les jours à venir, rapporte dimanche la presse suisse.

Vendredi, le titre UBS a chuté de 7,26% à 11,37 francs suisses sous le coup de rumeurs d'un imminent avertissement sur résultats et de possibles nouvelles dépréciations.

La banque, l'une des plus touchées en Europe par la crise du crédit, a déjà, depuis la mi-2007, passé pour quelque 49 milliards de dollars de dépréciation d'actifs dans ses comptes.

D'après le journal Sonntag, UBS pourrait encore déprécier quelque deux milliards de dollars sur des actifs "illiquides", dont des catégories d'actifs qui, jusqu'ici, ont été peu évoqués dans le contexte de crise, telles que des obligations liées à des crédits (Credit Linked Obligations, CLO).

Citant des sources proches du dossier, Sonntag ajoute que la banque pourrait supprimer 8.000 emplois supplémentaires, notamment dans son activité banque privée.

"Tout ceci pourrait être annoncé le 1er avril", poursuit le journal.

UBS s'était refusé, vendredi, à commenter les rumeurs de marché et personne n'était disponible chez la banque pour réagir aux informations du journal.

La banque suisse, numéro un mondial de la gestion de fortune, a déjà supprimé 7.000 postes depuis la mi-2007, essentiellement dans ses activités banque d'investissement. En février, elle a annoncé 2.000 suppressions de postes supplémentaires.

Le 11 mars dernier, UBS a relevé sa perte nette subie en 2008 à 20,9 milliards de francs suisses (14,18 milliards d'euros), tout en se disant très prudent concernant ses perspectives à court terme, soulignant que son bilan restait exposé à des marchés volatiles et illiquides.

Beaucoup de spécialistes pensent que le nouveau directeur général Oswald Grübel, arrivé en février de Credit Suisse CSGN.VX, va privilégier une stratégie consistant à évacuer toutes les mauvaises nouvelles d'un coup.

(Lisa Jucca, version française Benoit Van Overstraeten)