Swatch - Recul d'environ 10% dans le segment supérieur /l'Agefi

lundi 29 juin 2009 12h39
 

ZURICH, 29 juin (Reuters) - Swatch Group UHR.VX vise toujours en 2009 des résultats comparables à ceux de l'an dernier même si ses montres haut de gamme connaissent une contraction des ventes de l'ordre de 10%.

"Quelques unes de nos marques travaillent encore davantage que l'an passé. Notamment dans le moyen de gamme. Dans le segment supérieur, la contraction dépasse à peine les 10%", détaille Nicolas Hayek, président du conseil d'administration, dans une interview publiée lundi dans l'Agefi.

"Nous pouvons très bien vivre avec un bénéfice mensuel très substantiel, même inférieur à celui de la même période de 2008", souligne-t-il. "J'ai bon espoir que nous parviendrons presque aux mêmes chiffres en 2009 que ceux réalisés sur la totalité de 2008."

Selon le président, la situation des stocks "commence gentiment à se normaliser" au niveau des pièces terminées et il y a "des signes de reprises dans plusieurs pays". L'évolution des devises reste toutefois capitale.

"A priori, les fluctuations de l'euro ne constituent plus un facteur d'inquiétude. L'excellente attitude et réactivité de la Banque nationale suisse (BNS) est à ce titre à saluer", se réjouit-il.

"J'ai encore rencontré récemment le futur président du directoire Philipp Hildebrand. Il m'a donné toutes les garanties que la banque centrale allait continuer dans sa voie intelligente, proactive." Un crédit relais pour l'industrie horlogère n'est pas nécessaire, selon Hayek. "Je ne connais aucun horloger qui souffre d'un accès limité au crédit." La sortie de crise pourrait intervenir à mi-2010, estime le président, anticipant encore de nombreux dégâts d'ici là, notammant la disparition de certaines marques. "Ce sera un nettoyage attendu et probablement salutaire pour l'industrie."

Et Nicolas Hayek de fustiger le manque de perspicacité de la Bourse qui valorise Swatch Group à quelque dix milliards de francs alors que "selon moi, et d'après des calculs fiables, Swatch Group vaut 32 milliards de francs".

(Silke Koltrowitz, édition Pascal Schmuck)