2 juin 2009 / 12:00 / il y a 8 ans

SOMMET BIOTECH LEAD 1 Vivalis <VLS.PA> confiant dans son avenir

* Trois à quatre années de financement

* L'objectif 2009 de signature d'accords de licence sera dépassé

* Maintient cette année de l'effort de R&D

par Noëlle Mennella et Caroline Jacobs

PARIS, 2 juin (Reuters) - Le président du directoire de Vivalis (VLS.PA) Franck Grimaud s'est montré confiant dans l'avenir de la société de biopharmacie dont le financement est assuré grâce aux accords de licences signés avec les laboratoires.

Vivalis fournit à ses partenaires de l'industrie pharmaceutique des lignées cellulaires pour la production de vaccins humains et animaux. Elle utilise aussi sa plateforme EB66, provenant de souches embryonnaires de canards, pour produire des protéines thérapeutiques en particulier des anticorps.

Lors du sommet sur les biotechnologies organisé par Reuters, Franck Grimaud, Franck Grimaud a déclaré mardi que Vivalis devrait avoir dépassé à la fin 2009 l'objectif qu'elle s'était fixée de conclure 6 à 7 accords de licence.

Elle en comptera ainsi 27 dans le monde entier, contre 25 aujourd'hui car deux accords de licences, l'un dans le domaine des vaccins et l'autre dans le domaine des protéïnes, devraient être signés durant le trimestre en cours.

"Avec ces deux licences, on aura rempli les objectifs que l'on s'était fixé pour cette année et on va effectivement dépasser notre objectif pour 2009", a déclaré Franck Grimaud.

"Il y a un effet boule neige à partir du moment ou vous avez atteint la masse critique en terme de licence et je pense que nous avons atteint la masse critique sur notre lignée cellulaire dont beaucoup disent qu'elle va devenir la lignée de référence", a-t-il ajouté.

Plus rapide que le procédé traditionnel de développement à partir d'oeufs, la lignée EB66 de Vivalis est actuellement utilisée par de grands laboratoires pour le développement clinique de leurs vaccins, un marché qui connaît une croissance deux fois supérieure à celle de la pharmacie.

Le marché du vaccin pèse un peu plus de 18 milliards de dollars et devrait atteindre 25 milliards à l'horizon 2012.

Parmi les grands groupes partenaires de Vivalis figurent Sanofi-Pasteur (SASY.PA), GlaxoSmithKline (GSK.L), Merial ou encore Shering Plough SGP.N.

UNE TRESORERIE SUPERIEURE A 20 MILLIONS D'EUROS

Observant que Vivalis avait la réputation de gérer sa trésorerie "de façon assez serrée", Franck Grimaud a mentionné que la société disposait "de trois à quatre années de cash au 31 mars 2009", soit 24,7 millions d'euros.

"L'objectif est d'avoir une trésorerie supérieure à 20 millions d'euros à la fin de l'année", a-t-il dit.

La société percevra des royalties lorsqu'un des produits issus de sa plateforme sera sur le marché. Franck Grimaud a estimé que le premier essai clinique sur un vaccin pour l'homme aura lieu à la fin de l'année prochaine et que le vaccin vétérinaine sera commercialisé fin 2010 ou début 2011.

Vivalis est redevenu bénéficiaire en 2008 avec un résultat net de 0,5 million d'euros, contre une perte de 3,3 millions en 2007, sur un chiffre d'affaires de 5,4 millions d'euros, cinq fois supérieur à celui de l'année précédente.

Franck Grimaud n'a pas voulu donner d'indications sur les résultats 2009.

"On verra. On ne peut pas communiquer de tendance", a-t-il dit.

"On est dans une période où on touche des milestones (paiement d'étapes), les résultats peuvent donc varier d'un trimestre à l'autre. La période où l'on pourrait vraiment annoncer des résultats récurrents, c'est quand un premier vaccin pour l'homme sera sur le marché, donc à partir de 2014", a-t-il précisé.

En attendant la société continue d'investir dans la recherche développement où elle va consacrer en 2009 un budget identique à celui de 2008, soit 8,2 millions d'euros ou 80% de ses dépenses.

En outre, Vivalis a consacré cinq millions d'euros à un nouveau site de recherche.

Crée en 1999, le groupe a été introduit en Bourse en juin 2007 au prix de 10,51 euros l'action. Vers 13h45, le titre se négociait à 7,07 euros (+2,45%), faisant ressortir une capitalisation boursière de près de 100 millions d'euros. Il a pris près de 67% depuis le début de l'année.

Son capital est détenu à hauteur de 51% par son fondateur, le groupe Grimaud, n°2 mondial de la sélection génétique aviaire derrière l'allemand Aviagen.

(avec la contribution de Florent Le Quintrec, édité par Gilles Guillaume)

Pour lire d'autres interviews et dépêches sur le sommet Biotech organisé par Reuters à Paris, cliquez sur: [ID:nBIOSUM]

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below